Microsoft change sa politique de licence et est félicité par l’open-source

Infos-du-Net.comUne question que certains utilisateurs peu expérimentés peuvent souvent poser est : quelle la différence entre Windows et Linux ?
Question somme toute assez délicate mais à laquelle peut convenir une réponse toute simple : l’un est libre, open-source et gratuit, l’autre est propriétaire, a son code fermé et est payant.
En effet, il n’est pas nouveaux que Microsoft protège régulièrement son code et ses technologies, qu’il s’agisse de son système d’exploitation ou encore d’autres de ses logiciels.
L’éditeur américain avait bien lancé en 2001 une solution permettant de partager le code de certaines de ses technologies, mais la complexité de cette licence particulière et les récentes exigences de la Commission Européenne ont conduit la firme de Redmond à revoir ce système de licences partagées, ce qui lui aura valu les congratulations de l’open-source, une première...

Quand le libre félicite Microsoft

"Nous avons si rarement l'opportunité de dire quelque chose de positif sur Microsoft, permettez-moi de commencer par les congratuler".
C’est par ces mots que Georg Greve, président de la Free Software Foudation Europe, a commencé son discours.
C’est une chose plutôt inhabituelle dans le monde de l’open-source que de féliciter Microsoft, généralement considéré comme un adversaire, mais c’est ici de circonstances puisque la FSFE profite de la simplification du système de licences partagées de Microsoft pour saluer ce geste.
En effet, si le système de licences partagées chez Microsoft n’est pas nouveau, ce dernier était un véritable calvaire puisque décliné en pas moins de dix licences différentes, ce qui ne manquait pas de créer la confusion.
Aujourd’hui, ce chiffre a été revu à la baisse, et seules trois licences sont maintenant en vigueur chez l’éditeur.

Trois licences pour le prix d'une !

Les licences Shared Source Initiative de Microsoft se sont donc vues simplifiées pour n’être plus que trois.
La Permissive licence (Ms-PL), qui permet aux utilisateurs de visionner le code source, mais également de le modifier et de le redistribuer sur des développements commerciaux ou non commerciaux.
Le Community License (Ms-CL), qui est réciproque et que les développeurs doivent utiliser pour distribuer leurs sources.
Et enfin, la Reference License (Ms-RL), qui permet un visionnage du code source, mais aucune modification ni redistribution.
"Aujourd'hui, Microsoft simplifie les licences de son code source afin que les développeurs qui travaillent sur nos technologies puissent se concentrer sur le développement de grands logiciels, plutôt que la compréhension d'une licence", a ajouté Jason Matusow, directeur de la Shared Source Initiative.
Selon Georg Greve, deux de ces licences correspondent aux exigences de la Free Software Definition.
Microsoft marque donc un bon point qui devrait aider les développeurs et faciliter la progression des projets sur la plateforme du géant de Redmond.

Source : Generation-libre
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
12 commentaires
    Votre commentaire
  • Shino@IDN
    Bon là deux choses me viennent en tête :

    1 - Ouah ils doivent cacher quelquechose là. ** un peu parano ? ** xD

    2 - Peut-être vais je orienter mes études d'ingé info. vers $oft ?

    Mdr là je vais loin, enfin bon j'applaudie $oft ! :)
    0
  • coucounou85
    Enfin !!!! l'ouverture des licences Shared Source Initiative vont facilité l'expension de l'open source est qui plus est la compatibilité de certains logiciel open source à Windows, mais là on peut toujours rêvés.
    0
  • isatis39871
    Un exemple de cette lberation est donne par la recente aliamce MS - INRIA. On peut lire dans le monde un debut de reponse a ta question paranoique :

    Citation:
    L'accord entre Microsoft et l'Inria prévoit néanmoins que, si les travaux des équipes communes donnent lieu à des "inventions" non logicielles et ne relevant pas d'une publication scientifique ­ comme des algorithmes ­, celles-ci seront brevetées auprès de l'Office européen des brevets (OEB). Les travaux issus de cet accord-cadre seront en copropriété : 50 % à l'Inria et 50 % à Microsoft.

    Annie Kahn
    Article paru dans l'édition du 25.10.05


    Donc si un produit commercial voit le jour autour d'un logiciel (service / logo / marque / concept... ), il est probable que MS s'en accorde 50 % des droits. Cela dit, c'est deja un bon debut, ce n'est pas parcequ'ils esperent faire des sous avec du libre que c'est mal (libre ne signifie pas toujours gratuit), et c'est toujours un pas en avant. On ne va pas s'attendre a ce que MS devienne caritatif non plus...
    0