P2P : La solution japonaise

Infos-du-Net.comIl n'y a pas qu'en France que les dirigeants comprennent mal les enjeux autour des technologies nouvelles comme le P2P. Le Japon, pourtant pays Hi-Tech par excellence, a aussi le droit à ses moments de gloire. En l'occurrence, c'est un écho à un incident d'il y a neuf mois : cet été un sous-traitant d'une centrale nucléaire avait été autorisé à connecter son ordinateur portable sur le réseau de l'entreprise. Jusqu'ici tout va bien, mais l'important ce n'est pas la chute... Et l'atterrissage en l'occurrence s'était matérialisé sous la forme d'un virus vérolant le système, et rendant accessible au monde entier à travers les outils d'échange de peer to peer de la machine des informations sur le bâtiment sensible.

Les racines du problème

En ce beau mois de mars, les autorités nipponnes ont fini par statuer sur le problème. Elles n'ont pas décidé d'installer un système isolant les machines externes connectées à leurs réseaux comme ça se fait généralement. Pas non plus remis en cause l'incompétence du personnel de la sécurité informatique chargé de protéger des données aussi délicates. Elles ont tout simplement demandé à l'ensemble de la population de ne plus utiliser de logiciel de peer to peer. Outre le fait que cette demande n'est appuyée sur aucune loi et par conséquent vouée à l'échec (le P2P est un phénomène de société encore plus fort au pays du soleil levant que chez nous), elle prouve que la vision de la base du problème n'est pas vraiment de mise.

Il est intéressant de voir que les Japonais, dont certains ont inventé des techniques d'analyse qualité (5S, diagramme d'Ishikawa) utilisés dans l'industrie du monde entier pour déterminer ou corriger la cause des non-conformités, ont passé plus de 270 jours de discussion pour arriver à cette conclusion.

Source : TechDirt
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
6 commentaires
    Votre commentaire
  • Zkyx
    Citation:
    Il est intéressant de voir que les Japonais, dont certains ont inventé des techniques d'analyse qualité (5S, diagramme d'Ishikawa) utilisés dans l'industrie du monde entier pour déterminer ou corriger la cause des non-conformités, ont passé plus de 270 jours de discussion pour arriver à cette conclusion.


    Ouais, ça reste moins pire qu'en France, nous on a mis 3 ans (4?) à transcrire un texte. Sauf que nous en plus d'avoir des idées pourries sur le sujet on met ça dans des lois, alors c'est qui les + forts ?
    0
  • jean_bruder
    Nouveau slogan à la mode en ce qui concerne les textes de loi en France :

    " Les plus forts, ce sont les majors" :-D

    A méditer ...
    0
  • trattos
    Ils sont complètement abrutis ces mecs!
    Sous prétexte qu'un employé à fait une bourde...
    Alors pourquoi l'Etat ne nous interdit pas d'utiliser Windows puisqu'il est vérolable?
    0