Pacific Rim : la Geek Critique

Le pitch : En 2013, une faille s’ouvre dans l’océan pacifique. Un portail dimensionnel apparaît alors, d’où émergent des kaijus, des monstres géants venus détruire l’espèce humaine. En quatorze mois, toutes les nations se coordonnent pour bâtir des jaegers, des robots géants de plusieurs dizaines de mètres de hauteurs chargés de défendre la terre contre cette monstrueuse invasion.

5 raisons d’aller voir (ou pas) Pacific Rim

Très attendu depuis la Comic Con de San Diego qui a eu lieu en juillet 2012 durant laquelle Warner Bros avait projeté les premières images, Pacific Rim est le retour de Guillermo Del Toro sur le grand écran après cinq ans d’absence. Pressenti pour réaliser le Hobbit après le succès de son diptyque sur Hellboy mais également le film fantastique Le Labyrinthe de Pan, le réalisateur mexicain est attendu au tournant pour ce qui est censé être le blockbuster estival avant tout destiné aux geeks en tous genres.

1 - Pour voir des robots géants affronter des monstres gigantesques

Evangelion, Godzilla, Transformers, Cloverfield, les influences de Pacific Rim sont voyantes et nombreuses. Jusqu’aux noms mêmes des monstres attaquant la terre à intervalles réguliers : les kaijus. Dans la culture japonaise, les kaijus sont des monstres gigantesques, comme Godzilla, Gamera ou Mothra, qui représentent la suprématie de la nature sur l’homme. Dans l’esprit de Guillermo Del Toro, l’être humain n’est toutefois pas de nature à se laisser abattre et décide de construire des robots gigantesque contrôlés par la pensée. Le résultat, jouissif, donne lieu à des scènes de combat épiques à rendre verts de jalousie Michael Bay (Transformers) ou Roland Emmerich (Godzilla).

2 - Parce que Guillermo Del Toro sait parler aux geeks

En quelques années, Guillermo Del Toro est devenu l’un des réalisateurs les plus convoités à Hollywood. Au même titre que Peter Jackson, Christopher Nolan, Zack Snyder, J.J. Abrams ou Joss Whedon, il fait partie de cette vague de réalisateurs totalement influencés par la culture des comic books, des jeux vidéo et de la culture geek dans son ensemble. Le nom de Guillermo Del Toro, plus que celui de ses confrères, porte également des attentes d’onirisme et de fantastique comme il a pu le démontrer dans Le Labyrinthe de Pan. A moindre échelle, Pacific Rim ne fait pas exception à la règle avec ses monstres mystérieux, son portail dimensionnel et ses technologies futuristes.

3 - Pour les effets visuels ébouriffants

Si le principe en lui-même du film peut apparaître simpliste, il méritait bien une post-production à la hauteur pour ne pas apparaître comme une série B. Et les moyens ont été mis, Warner Bros ayant fait appel à la société ILM (Star Wars, Harry Potter, Transformers, Iron Man, Avengers) pour tous ses effets numériques. Le design des robots et des monstres, tous très différents les uns des autres, est également une franche réussite permettant de distinguer chacun des monstres, mécaniques ou biologiques. Enfin, la 3D, pourtant post-produite, vaut également le coup d’œil malgré des séquences d’action parfois trop rapides durant lesquelles le regard n’a pas le temps de s’habituer et se perd.

4 - Pour découvrir un blockbuster qui n’est ni une suite ni une adaptation

Si de manière générale les studios Hollywoodiens aiment de moins en moins prendre des risques concernant leurs grosses sorties, c’est davantage le cas pour les blockbusters de l’été. Adaptations de comics ou de romans, remake, reboot, préquel, suite, les scénarios originaux sont de plus en plus rares parmi les grosses productions. Ainsi, cet été, Pacific Rim se frottera à World War Z (adaptation de roman), Star Trek into Darkness (suite et remake), Man of Steel (adaptation et reboot) et Wolverine (adaptation et suite). Aller voir Pacific Rim en salle dans ce contexte peut apparaître comme un geste militant, mais c’est surtout un garantie pour le spectateur d’être surpris et de découvrir un univers tout neuf.

5 - Parce que le scénario tient en deux lignes

Malgré toutes ses innombrables qualités, on peut toutefois émettre un léger regret concernent Pacific Rim. Si l’intrigue de départ est intéressante, efficace et bien développée, elle ne laisse que peu de place aux surprises. Le film se déroule sur un tapis, sans aspérité ni rebondissement. Malgré quelques personnages dont l’histoire personnelle est suffisamment développée, on aurait aimé des personnages plus ambigus ou un scénario plus complexe, par exemple au sujet des relations difficiles entre l’armée et les dirigeants politiques.

Le verdict : Pacific Rim ne déçoit pas. Le film est ce qu’il est censé être : une claque visuelle et un gros délire de geek, pour geeks, multipliant les références culturelles à tout va. Quelque part, on ne peut s’empêcher de penser à une tentative similaire, celle de Zack Snyder qui, dans Sucker Punch, avait voulu mixer de nombreux univers pop n’en tirant qu’une infâme mixture indigeste. Si Pacific Rim n’est pas un film léger comme l’air, il s’avère bien plus comestible. Le blockbuster estival idéal. Pari réussi.

Note : 4,5/5

Voir toutes les actualités sur le cinéma

Bande-annonce de Pacific Rim

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • Papounet17000
    Mais que fait Goldorak ^^
    0