Election du Pape : de la fumée plutôt qu'un tweet

Le Pape démissionnera le 28 février. Les cardinaux se réuniront alors en conclave afin d’élire son successeur. Dans ce temps, ils n’auront pas accès au monde extérieur quelque soit l’outil de communication.

Twitter n’échappera pas à la règle du Saint-Siège. Réunis dans la chapelle Sixtine, les cardinaux ne pourront pas gazouiller hors de ses murs. Pourtant, quelques-uns sont des aficionados du microbloging comme l’archevêque de New York, Monseigneur Timothy M. Dolan, qui totalise pas moins de 85 000 followers. Le cardinal italien Gianfranco Ravasi alimente quant à lui son compte dans trois langues différentes et est lu par 40 000 personnes. Selon le site Catholic News Service, ils seraient neuf cardinaux sur 117 à être très actifs sur les réseaux sociaux.

Les cardinaux vont avoir pour charge d’élire un successeur à Benoît XVI suite à sa démission qui prendra effet le 28 février. Le nom du prochain pape devrait être dévoilé avant Pâques. L’annonce sera alors faite par une fumée blanche qui sortira d’une cheminée de la chapelle Sixtine comme le veut la tradition et non pas par un tweet ou un statut Facebook. Le cardinal américain Roger M. Mahony a expliqué que « le Saint-Esprit sera le responsable [de l'élection du nouveau pape], pas les médias. »

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire