Paris sous les drones, encore

AR Drone 2.0AR Drone 2.0Des drones ont une nouvelle fois survolé Paris la nuit dernière. C’est la troisième fois qu’un tel incident se produit en moins d’une semaine.

« Une dizaine de signalements » ont été relevés par la préfecture de Police. Cela ne signifie pas forcément qu’autant de drones ont évolué dans le ciel parisien durant la nuit. Les appareils ont été aperçus à partir de 22 heures à différents endroits de la capitale. Comme la semaine dernière, on pouvait en voir un au-dessus du quartier de la Tour Eiffel, mais c’est le seul point stratégique visée lors de cette expédition. Les autres étaient aux abords de Paris, porte de Bagnolet, de Montreuil, de Vincennes et même au-delà du périphérique.

Course poursuite

Contrairement aux deux précédentes virées nocturnes survenues les 24 et 25 février, la police est cette fois parvenue à prendre en chasse l’un des appareils incriminés, rapporte BFMTV. Virevoltant au-dessus de Montreuil, il a été pris en chasse par une voiture de police qui n’est cependant pas parvenue à le rattraper à cause de la circulation, le drone ayant l’avantage d’évoluer en terrain dégagé. Selon des témoins cités par BFMTV, ce même appareil se serait posé à proximité de la porte de Vincennes. Quatre individus l’auraient réceptionné avant de s’enfuir dans une voiture noire via le périphérique.

Une nouvelle condamnation

S’agit-il de plaisantins souhaitant tester leurs nouveaux joujoux dans un grand espace ou d’une opération d’espionnage ? Quel que soit le but recherché, les responsables risquent jusqu’à un an d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende. Interpellé, Tristan Redman, journaliste d’Al-Jazeera, a été condamné à 1000 euros d’amende pour avoir fait voler un drone dans le bois de Boulogne le 25 février dernier. Pilote de l’appareil, il a été le seul à être poursuivi. Jugé en comparution immédiate, il expliquait qu’il tournait un sujet sur les drones suite aux récents survols de la capitale. « Ils voulaient juste faire leur travail, un reportage pour illustrer cette affaire […]  ce ne sont que des journalistes qui ont voulu faire leur travail », a exprimé son avocat auprès de Metronews. « Sur une première infraction, ça ira », a indiqué la juge au plaidant-coupable, « après ça va être un petit peu plus difficile. » Depuis le 5 octobre 2014, 60 vols non autorisés de drones ont été constatés en France, a indiqué le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve.

Drones : comment choisir ? Lequel acheter ?

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
2 commentaires