Bebop, le nouveau drone de Parrot

À l’occasion d’un salon dédié aux drones aux États-Unis, le constructeur français Parrot a dévoilé la troisième génération d’AR Drone. Et le moins que l’on puisse dire à la vue de ses spécifications, c’est qu’il a de quoi enthousiasmer autant les amateurs que le grand public. Le premier changement concerne son nom, puisqu’il ne s’agira pas de l’AR Drone 3, mais du Bebop. Il conserve une base technique classique : quatre hélices alimentées par des moteurs indépendants assurent l’envol et la stabilité de l’appareil. Le contrôle se fait toujours via une application compatible avec les tablettes et smartphones, pendant environ 12 minutes. Une autonomie tout à fait satisfaisante, surtout compte tenu de l’équipement.

Lire : AR.Drone : gadget génial ou hélico au rabais ?

La principale nouveauté concerne la caméra, fixée au centre du drone. Sa définition est largement supérieure à l’AR Drone, avec 14 mégapixels. De quoi assurer de belles images et des enregistrements de qualités lors de ses sessions. D’ailleurs, la partie vidéo a bénéficié d’une attention toute particulière puisqu’elle introduit une stabilisation, totalement logicielle. Le principe est simple : l’objectif fisheye permet de capturer des images sur un angle de vision de 180°, soit plus que nécessaire. Le logiciel va donc s’occuper de « stabiliser » le rendu final en corrigeant les images trop perturbées à l’aide du « trop plein ». Cette particularité risque d’être particulièrement appréciée des amateurs de drones, qui doivent jusqu’à maintenant composer avec des nacelles spécifiques de stabilisation, couteuses.

Une portée de 2 kilomètres

Mais c’est surtout la portée qui a de quoi propulser le Bebop dans la cour des grands. Il est toujours question de WiFi, grâce à quatre antennes compatibles 2,4 et 5 Ghz. Mais un accessoire en particulier permet de décupler la portée de la technologie : le Skycontroller. Il s’agit d’une grosse manette, au centre de laquelle le smartphone ou la tablette vient se glisser et qui permet d’étendre le contrôle jusqu’à 2 kilomètres. Mais surtout, le système permet de diffuser l’image du drone en temps réel sur un Oculus Rift, afin de garantir une immersion maximum. À en croire nos confrères de TechCrunch, le dispositif souffrirait encore d’un peu de lag, mais Parrot a encore plusieurs mois pour travailler dessus.

Le Bebop est prévu pour le quatrième trimestre à un tarif encore inconnu, mais il a de fortes chances de remporter un franc succès pour peu qu’il ne soit pas prohibitif. L’actuel AR Drone 2.0 est commercialisé aux alentour des 300 euros, il est donc fort probable que le Bebop soit un peu plus cher compte tenu de sa fiche technique.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire