On reparle du Parti Pirate Français

Parti PirateLa mission Olivennes continue de faire réagir sur Internet comme ailleurs. Le rapport sur le piratage remis par Denis Olivennes, président de la Fnac, à Christine Albanel, ministre de la Culture, fait grincer des dents, notamment celles du Parti Pirate Français (PPF).

Ce parti politique, qui a été créé en juin 2006 pour prôner un droit de partage des internautes, se veut alarmant sur les conclusions de la mission Olivennes.

Le Parti Pirate alerte

Le Parti Pirate a donc rouvert hier son site Internet afin de protester contre les mesures préconisées par la mission Olivennes. Dans un communiqué de presse, le parti expose sa pensée et met en garde contre les risques de telles mesures : « en acceptant cette mission, le président de la Fnac (Denis Olivennes) a pris parti contre les libertés des internautes. Nous alertons l’ensemble des partis pirates à travers le monde sur les mesures que la France s’apprête à prendre, et qui pourraient être reprises dans d’autres pays européens :

  • filtrage de l’Internet ;
  • création d’une autorité parallèle à la justice qui aurait le pouvoir de faire désabonner les internautes, et de sanctionner les FAI qui ne lui obéiraient pas ;
  • création d’un fichier national des internautes désabonnés. »

« Nous appelons donc tous les internautes à boycotter les produits des majors, et de toute société qui porterait atteinte à nos libertés », conclut le communiqué. Le Parti Pirate Français a été créé courant 2006 pour protester contre la loi DADVSI, en discussion à l’Assemblée Nationale à cette date. Ce mouvement n’est pas une exception française et vient surtout de Suède, qui a été le premier pays à connaître un parti pirate. Aujourd’hui, des partis similaires existent aux États-Unis, au Canada, en Espagne, en Allemagne, en Suisse, en Roumanie et dans bien d’autres pays.

Notre avis : la vague de contestation qui est née après les conclusions de la mission Olivennes fait de plus en plus de bruit sur Internet. Rappelons que Denis Olivennes doit bientôt présenter son rapport au Président de la République, qui a déjà été appelé par l’UFC-Que Choisir à « inverser l’ordre des priorités ».

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
16 commentaires
    Votre commentaire
  • ftala
    En définitif nous, internaute, sommes une fois de plus criminalisé.
    Un principe honteux s'installe peut à peut, à savoir qu'un internaute est un pirate potentiel.
    Où cela nous mènera t il ?
    Tout simplement vers des réseaux crypté de bout en bout décentralisé tel Freenet.
    La dérive de cela c'est qu'à force de vouloir tout contrôler on pousse les gens à se cacher et là le pire ne peut plus être vu.
    Exemple sur Freenet il y a tout un ramassis de révisionniste de pédophile d'anarchiste ...
    Cette politique est tout simplement honteuse.
    0
  • ORIONA
    ça y est, nous y sommes, le totalitarisme arrive en France, avec le concourt de ces gros Pou.....s d'industriels, celui là en particulier vient de ce faire une tripotée d'ennemies, moi le premier .
    Ont veut nous pister, nous contrôler, nous faire payer le prix fort
    Et ceci avec les remerciements du gouvernement Français
    LIBERTE EGALITE CHOUCROUTE comme le disait très justement
    le bien regretté Jean yann
    Nos libertés sont missent à la poubelle chaque jours
    Pendant que eux ce permettent toutes les infractions
    les plus mal honnête qui soient
    Mais eux ont le droit, ils vont même jusqu'à s'amnistié
    Alors réagissons, nous aussi boycottons la FNAC et autre truands .
    0
  • Vedlen
    ftala : non c'est pas honteux, c'est normal. Le piratage est du vol, le vol est répréhensible en cas de détection. Absolument rien d'immoral.

    Ceci dit je ne dis pas que je télécharge pas ni que j'approuve ce projet (perso ça me fait ch***), je parle juste d'un point de vue de bon sens.
    0