BlackBerry Pearl 3G : un jour, un usage. Episode 2 – mails ok ; Internet jamais

Utilisateur de BlackBerry depuis 2007, Édouard possède actuellement un Bold 9700, dernier mobile haut de gamme du constructeur canadien RIM.

On ne peut toujours pas dire que surfer sur un BlackBerry soit agréable. Bien que le Pearl soit passé en 3G, le navigateur de l’OS 5 subsiste. Peu ergonomique et surtout très très lent, il réclame de la patience, même en Wifi. Personnellement, j’ai baissé les bras et ne l’utilise plus qu’en cas de force majeure. Vivement l’OS 6 et son navigateur plus puissant que celui de l’iPhone, selon RIM. Avec cette mise à jour, ce sera aussi l’AppWorld qui évoluera. Espérons qu’il soit plus rapide et plus facile à appréhender. Ici, le moteur de recherche d’applications pose encore problème, affichant tout sauf ce que l’on recherche.


Côté mail, rien à redire, c’est la clé de voûte des BlackBerry. Synchroniser ses boîtes en temps réel est très facile grâce à un outil de configuration bien pensé. Enfin, sur la partie Internet du mobile, c’est sur le BlackBerry Messenger que se porte mon coup de coeur. Ce service de messagerie instantanée entre BlackBerry est addictif. Pour moi, c’est avec le PushMail la seconde raison pour faire l’acquisition d’un « BB ». 



Possesseur d’un iPhone 3G depuis 2008, Nicolas tente avec le Pearl 9105 sa première utilisation intensive d’un BlackBerry.



Il n’y a rien à faire : après avoir pris l’habitude de la navigation sur un écran tactile, utiliser le navigateur du BlackBerry Pearl 9105 a été une véritable épreuve pour moi. Le petit écran du téléphone m’oblige souvent à zoomer plusieurs fois avant de pouvoir lire distinctement quelque chose sur une page Web. Une opération aussi lente que frustrante et qui complique la navigation par la suite (dézoomer pour se déplacer sur la page, trouver un autre lien, rezoomer, cliquer le lien...).



L’AppWorld, quant à lui, se présente comme la boutique d’applications de BlackBerry pour ses téléphones. Le problème, c’est qu’elle n’est pas intégrée par défaut à l’appareil, et qu’il faut d’abord aller la chercher via le navigateur. Une fois sur place, le choix est relativement intéressant, malgré quelques défauts. Enfin, il faut savoir rester vigilant quant à l’acquisition d’applications. Elles ne sont en effet pas diffusées uniquement sur l’AppWorld, et beaucoup d’autres sites proposent eux aussi leur catalogue d’applications pour BlackBerry. C’est ce qui m’a amené à me retrouver sur un site proposant des applications basiques à des prix exorbitants, comme un Tetris à 8 euros ou un logiciel de messagerie instantanée à 15 euros...

Déjà paru :

Blackberry pearl 3G : un jour, un usage. Episode 1 - Zéro pointé pour le clavier