Une peau artificielle avec poils et transpiration

Une peau artificielle transpirante et pourvue de poils, telle est la prouesse réalisée par des scientifiques nippons au sein du Riken Center for Developmental Biology. Cette réussite constitue une grande avancée, elle ouvre la voie à une meilleure chirurgie réparatrice. Cependant, il faudra encore attendre une dizaine d’années avant qu’elle soit transplantée sur un être humain.

Dans un premier temps, les chercheurs ont prélevé les cellules de gencive à une souris de laboratoire. Après un traitement spécifique, ils ont obtenu des cellules-souches pluripotentes. Comme les cellules embryonnaires, les CSP peuvent se multiplier à l’infini. Grâce à la mise au point de ce procédé, Shinya Yamanaka a obtenu le prix Nobel de médecine en 2012.

Les chercheurs ont alors greffé les cellules sur des souris aux systèmes immunitaires déficients. Une fois le développement satisfaisant, les scientifiques les ont prélevées afin de les transplanter sur d’autres cobayes. Hormis l’apparition d’une petite excroissance verte, l’opération fut une réussite, les tissus artificiels n’ont pas été rejetés et ils fonctionnement normalement, la peau transpire et des poils ont poussé dessus.

Cette invention offre de nouvelles opportunités. Les tests de produit chimique ne seraient plus menés sur des animaux et les tissus créés permettraient aussi de mieux réparer la peau détruite par les maladies ou une brûlure grave. Toutefois, les essais sur l’homme ne seront pas possibles avant une dizaine d’années. Maintenant, une question se pose, quelle est la meilleure solution entre la création de cellules et l’impression de peau en 3D ?

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire