Peeple : l'appli pour noter les gens ne verra pas le jour

Il y a quelques jours, un site d'un nouveau genre faisait la polémique sur la Toile. L'objectif de Peeple était de permettre aux internautes de noter leurs proches, sur une échelle de 1 à 5. Après avoir suscité un véritable tollé chez les internautes de tout bord, les deux cofondatrices du projet ont décidé de faire machine arrière...

Peeple se veut à la base un service permettant à tout un chacun de noter son entourage. Pour cela, les proches doivent être inscrits sur Facebook, ou à défaut, il est nécessaire de posséder leur numéro de téléphone. À chaque fois qu'une personne reçoit une note, bonne ou mauvaise, elle reçoit un SMS. Si le commentaire est positif, il est immédiatement publié aux yeux de toute la planète. Dans le cas où la note serait égale ou inférieure à 2, l'internaute dispose de 48 heures pour s'expliquer avec la personne qui l'a noté et la faire changer d'avis. Si elle n'y parvient pas, le commentaire est de toute façon publié, et sera retiré au bout d'un an. Un système qui a provoqué un véritable bad buzz, à coup de tweets assassins, de création de groupe sur Facebook et d'une pétition sur Change.org. L'une des deux créatrices du site aurait par ailleurs reçu des menaces de mort. Le phénomène a pris une telle ampleur que ses deux fondatrices, la Canadienne Julia Cordray et l’Américaine Nicole McCullough, ont décidé de changer radicalement les objectifs du site, avant même son lancement.

Sur la v2 de Peeple, on ne pourra plus noter négativement ses amis. En outre, impossible de créer le profil d'une personne sans son autorisation. Un revirement total de situation, qui fait de Peeple un réseau social comme beaucoup d'autres. Le site devrait être lancé le 12 octobre prochain, tandis que les applications iOS et Android seront disponibles d'ici la fin novembre. Mais pas sûr qu'après une telle polémique, le site parvienne à survivre plus de quelques mois...

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire