Le Pentium-M prendrait-il la voie du bureau ?

Infos-du-Net.comOn pourrait en effet se demander si tel n'est pas le cas. En effet, jusqu'à il y a peu, Intel clamait haut et fort qu'il voulait confiner le Pentium-M aux seuls ordinateurs portables. C'était sans compter la tenacité des utilisateurs, émerveillés par les prouesses de ce processeur, basé rapellons le sur l'architecture P6, conçue à l'origine pour tourner à une fréquence de 200Mhz, et qui est maintenant capable grâce à l'évolution des techniques de fabrications, de gigoter à 2.8Ghz, et surtout, est dans ses fréquences dites officielles, à savoir jusqu'à environ 2Ghz, aussi puissant qu'un Pentium4 Prescott 3.6Ghz ou qu'un Athlon 64 3000+, sachant qu'il chauffera autant que ces congénères, sans ventilateur.
Vous l'aurez compris, au pays du silence et de la performance, ça faisait un moment que certains lorgnaient dessus.

Jusqu'au 23 août 2004, où l'annonce d'une carte mère produite par DFI, et non destinée au ordinateurs portables, tombe sur le site X86-Secret. Des débuts en catimini, puisque la carte est destinée aux applications 'industrielles', et qu'elle est au format Mini-ITX, sans port AGP. Mais l'idée était là. Grâce à un partenariat entre X86-Secret, et plus préçisément son leader, propriétaire et leaker à ses heures perdues, et DFI, le 2 novembre 2004 parait le premier test de la première carte pour Pentium-M avec port AGP. En d'autres termes, DFI mettait à disposition la plateforme tant rêvée par certains. La DFI 855GME-MGF était née.

C'est maintenant au tour de Soltek que d'annoncer une carte pour Pentium-M, également au format Micro-ATX comme la carte DFI, la SL-855GEI-FDGR de son petit nom offre des caractéristiques similaires, et interessantes.
À commencer par le chipset, qui n'est autre que l'i855, comme sur la DFI. Au contraire de la DFI, Soltek a opté pour un ICH4 là où DFI avait placer le composant 6300ESB habituellement destiné aux serveurs.
Elle supportera les Pentium-M et Celeron-M avec un FSB maximal de 400Mhz, ainsi que de la DDR333 au maximum (2Go maximum). Deux banques de mémoire sont disponibles. Un circuit graphique intégré est disponible, il s'agit de l'Intel Extreme Graphics II. Le Serial-ATA sera de la partie, avec deux connecteurs supportant 2 périphériques, fournis par un circuit Promise PDC20579. Ainsi, les RAID 0, 0+1 et JBOD sont disponibles. Le FireWire (IEEE-1394) est aussi disponible, ainsi qu'un circuit audio 7.1 avec entrée et sortie S/PDIF. Deux interfaces Ethernet Gigabit sont également présentes.
La carte est munie également d'un port AGP 4x, ainsi que 3 ports PCI.

Au final, les équipements proposés sont équivalents à ceux de la DFI, malgrès la présence d'un ICH4. Le surplus de composants compensera-t-il la différence de prix avec le chip 6300ESB ? C'est à espérer pour les utilisateurs. La carte DFI subit en effet les affres des grossistes français, ce qui la rend disponible, quand elle est disponible, à un prix avoisinant tout de même les 300 euros.
Gageons que les autres grandes marques de carte mères vont vite répliquer, à moins qu'elles ne soient sous le coup d'accords secrets avec Intel.

Source : Soltek.com et Materiel.be
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
6 commentaires
    Votre commentaire
  • jejesniper
    Les processeurs performants à refroidissement passif sont enfin arrivés. Vivement une baisse des prix.....
    0
  • adilelgh
    La baisse avec Intel ? Quand les poules auront des dents :-D
    0
  • oryx
    Performants, peu gourmands en énergie (et donc possibilité de se faire une config enfin silencieuse !) mais trop chers :-(
    0