La position du président sur le piratage

Hier, 16 mai, à Cannes, Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la culture et de la communication à exprimé l'avis de Jacques Chirac, actuel président de la république, concernant les problèmes de piratage dont sont victimes les professionnels de l'industrie cinématographique.

"La piraterie des oeuvres culturelles est un fléau qu'il faut combattre avec fermeté et détermination, qu'il s'agisse de la copie sauvage de disques ou de l'échange de fichiers protégés sur internet"..."Aujourd'hui, il est temps que chacun prenne conscience que, derrière ces fichiers, ces cassettes, ces disques copiés, parfois volés, ce sont des artistes, des créateurs, des femmes et des hommes qui ont pris des risques, qui ont consacré plusieurs années de leur vie à concevoir des oeuvres, à les enregistrer, à les incarner, à qui on vole leurs droits, leur rémunération, et plus encore leur dignité"

Jacques Chirac souhaite également que "les artistes soient aidés à diffuser leurs oeuvres par internet de manière légale et sécurisée"

Voilà de belles paroles, qui laissent espoir pour les industries du cinéma et de la musique que des mesures réelles pour lutter contre ce fléau soit enfin prises... ;-)

Source : Nouvel Observateur
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
17 commentaires
    Votre commentaire
  • PoCk3T@IDN
    Ah ah ah, et bien faite M. Le President ...

    Paroles en l'air ca encore il sait meme pas de quoi il parle !
    0
  • Traskelion
    lol
    0
  • maith
    Citation:
    Jacques Chirac souhaite également que "les artistes soient aidés à diffuser leurs oeuvres par internet de manière légale et sécurisée"


    ca c bien, c d'ailleur la seule chose bien la dedans

    qd il dit que ceux sont les artistes qui patissent du piratage, je rigole, c sur qu'ils perdent 0.5€ par CD piraté, c grave, car c leur revenu, maintenant les artistes ne se plaignent que peu du piratage, certains diffusent meme librement leur titres sur le net, par contre, on se demande ou vont les 17.5€ qui reste, pas dans la poche de l'artiste en tout cas (au pif dans celle du distributeur, de l'editeur, de la maison de disque...d'ailleur c bizard, c'est eux qui se plaignent)
    0