Taper 123456 pour pirater la Banque de France

Le tribunal correctionnel de Rennes a prononcé la relaxe à l’encontre d’un internaute. Il était accusé d’avoir tenté de pirater le système informatique de la Banque de France et de s’être rendu responsable d’un blocage du système pendant 48 heures en 2008.


L’affaire remonte à 2008. L’homme est un allocataire du RSA sans histoire résidant à Fougères, en Ille-et-Vilaine, et décrit par son avocate comme vivant « replié sur lui-même », et passant la plupart de ses journées sur Internet. C’est sur un des forums qu’il visitait qu’il est tombé sur une liste de numéros de téléphone censés lui permettre de contourner les numéros surtaxés. Parmi ces numéros figurait celui de la Banque de France, ce qu’il ignorait. Après avoir composé ce même numéro via Skype, il arrive sur une boîte vocale lui demandant de taper un code à six chiffres. Dépité, il aurait juste tapé « 1, 2, 3, 4, 5, 6 » avant de simplement raccrocher.


L’histoire aurait dû s’arrêter là, mais il se trouve que le code tapé par cet internaute était bien la bonne combinaison. Sans le vouloir, il s’était introduit sur le système de la Banque de France, une intrusion qui a rapidement été détectée et provoqué un blocage du même système pendant 48 heures, ce qu’il ignorait également. L’enquête aura duré près de deux ans pour retrouver cet internaute, qui n’avait pas dissimulé son identité sur Skype. Il a été remis à la justice, et alors que le parquet avait requis 70 heures de travail d’intérêt général, le juge a finalement prononcé la relaxe. Une leçon pour la Banque de France, qui indique d’ailleurs avoir depuis renforcé son système de sécurité informatique.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
3 commentaires
    Votre commentaire
  • tapaloeil
    "Une leçon pour la Banque de France, qui indique d’ailleurs avoir depuis renforcé son système de sécurité informatique."
    Le nouveau code est 6,5,4,3,2,1...
    1
  • abriotde
    Dans les banques, la situation a certainement changé mais il est notable que les mot de passe utiliser chez les professionnel sont trop souvent simplissime. Il serait préférable que les entreprises fassent plus attention. Il y plusieurs facteurs qui poussent a utiliser des mot de passe simple : 1) généralement celui qui met en place le système met un mot de passe simple pour pouvoir le transmettre et le retenir ou pire laisse la valeur par défaut (C'est le cas du 123456), il choisit quelque chose de simple pour pouvoir le donner et cela reste. 2) des mots de passe tous différents qui sont obliger de changer régulièrement sont difficile a retenir donc on choisit un simple pour en retenir un max avec un chiffre incrément. 3) enfin comme la priorité est que cela fonctionne on néglige la finition dont la connection, qui devrait utiliser un LDAP.
    0
  • Papounet17000
    Anonymous a dit :
    Dans les banques, la situation a certainement changé mais il est notable que les mot de passe utiliser chez les professionnel sont trop souvent simplissime.


    Logique, il faut que tout le monde puisse se souvenir du mot de passe.

    Et pour beaucoup d'entre elles , un mot de passe trop compliqué n'est pas concevable (mémoire de fonctionnaire).
    0