[Maj] Pixmania : derniers remboursements avant la fin ?

Mise à jour : Pixmania vient de réagir à la publication, la semaine dernière, de nombreux articles sur ses déboires. Par courriel, le site marchand a ainsi indiqué à L’Usine Digitale que tous les consommateurs lésés seront remboursés. Qu’ils n’aient pas reçu leur commandes ou qu’ils attendent toujours leurs remboursements, tous les clients de Pixmania recouvriront leurs fonds, sans qu’un délai ne soit précisé.

Le marchand précise que cela ne concernerait que 30 commandes à ce jour qui n’incluent que des produits achetés auprès de vendeurs tiers, sur le marketplace de Pixmania. En cause, ces vendeurs ne travaillent plus avec Pixmania, faute de paiement de sa part. La plateforme de vente en ligne attend de connaître sa future situation. En redressement judiciaire depuis le 14 janvier 2016, elle saura le 5 février prochain si elle est rachetée ou mise en liquidation.

Article original du 29 janvier 2016

Un billet du blog SOS Conso du Monde en date du 26 janvier alerte les consommateurs au sujet de Pixmania. Le site de vente en ligne ne serait plus fiable. En redressement judiciaire depuis le 14 janvier, il n’honorerait plus ses commandes, mais prendrait toujours l’argent de ses clients. La plus vive vigilance est de mise, si ce n’est un boycott pur et simple de cette plateforme.

De nombreux clients mécontents se sont plaints auprès de l’Association de Défense du Consommateur via sa plateforme Internet, Net-Litiges.fr, de ne pas recevoir leurs commandes. Un utilisateur enregistré sous le pseudonyme FredMRT, explique avoir commandé un objectif Fujifilm d’une valeur de 834 € le 2 janvier 2016 chez HKnumeric, vendeur tiers sur le marketplace de Pixmania. Débité de la somme, il ne reçoit pas le produit commandé.

Après plusieurs échanges avec les deux parties, il reçoit un courriel de Pixmania le 25 janvier lui indiquant que « la société est en grande difficulté financière et nous ne sommes pas capables de vous rembourser et nous n'avons aucune solution pour le moment […] Tout ce que je peux vous recommander c'est de faire opposition à la carte bancaire ou déposer plainte contre Pixmania. »  Nous avons tenté de contacter Pixmania pour obtenir des explications sur cet incident, sans succès. Nous attendons une réponse de Mutares, sa maison-mère depuis 2014.

France, Espagne, Irlande, tous les consommateurs sont touchés

S’ils ne sont pas nombreux à s’être exprimés sur Net-Litiges.fr, d’autres ont poussé leurs coups de gueule sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, @_syskaw menace Pixmania de « saisir UFC Que Choisir » « si vous ne régularisez pas ma situation (vous me devez presque 400E). » Il se plaint également de ne pas réussir à joindre la hotline téléphonique du commerçant et soupçonne d’être blacklisté.

Le problème n’est pas que français. En Irlande et en Espagne aussi on attend depuis longtemps ses colis, comme @marudilla qui n’a toujours pas été livré d’une commande effectuée lors du Black Friday, en novembre 2015… @StephenJOHara a quant à lui eu quelqu’un au téléphone, mais qui lui a signifié que Pixmania allait « fermer dans deux semaines » et qu’il doit se débrouiller seul pour être remboursé.

En redressement, Pixmania recrute ?

Chez Pixmania, on joue la montre. Les Community Managers prennent les numéros de commande à tour de bras sur Twitter afin de se renseigner sur l’état d’un colis ou d’un remboursement. Pire, le compte de Pixmania Jobs va même jusqu’à publier encore aujourd’hui une offre d’emploi pour un « Chargé de clientèle/Account Manager - Allemand Courant H/F » pour ses locaux d’Asnières-sur-Seine.


Le maquillage tient et ne coule pas non plus sur le site de Pixmania. « Soldes : prix pulvérisés, 2ème démarque. » Voilà à quoi on a droit en visitant sa page d’accueil. Une attaque pour le moins classique en cette période de réductions hivernale. Rien ne laisse penser que ce mastodonte français de la vente en ligne est à l’article de la mort. Discret, trop discret sans doute, Pixmania est pourtant au bout du rouleau.

Deux repreneurs potentiels

Placé sous la protection du tribunal de commerce de Nanterre en octobre 2015, Pixmania a finalement glissé vers le redressement judiciaire en début d’année. Le 28 janvier, une audience au tribunal de Nanterre a permis de voir apparaître deux repreneurs potentiels : Vente-du-diable.com et Astry. Ces deux dossiers vont être examinés jusqu’au 5 février, date à laquelle le tribunal rendra sa décision. Côté salariés, on était aux grilles y accrochant des banderoles clamant  « non à la liquidation programmée de Pixmania » et « Mutares, bande de vautours. »

Créé en 2000, Pixmania s’était rapidement diversifié des appareils photo aux jeux vidéo et à d’autres domaines plus hétéroclites via son marketplace ouvert aux vendeurs tiers. Mais il n’a pas su faire face à la concurrence acharnée d’Amazon, CDiscount ou encore de la Fnac. En 2012, c’est le début de la chute. De 806 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2010, Pixmania dévisse à 295 millions d’euros en 2014. Spécialisé en redressement de sociétés en difficulté, Mutares vient alors à sa rescousse en rachetant l’entreprise à Dixons, son propriétaire depuis 2006. Aujourd’hui, on attend donc le 5 février pour savoir si Pixmania parviendra à renaître de ses cendres ou s’il disparaitra simplement, comme Surcouf il y a quelques années.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire