Une imprimante 3D pour fabriquer un plâtre, ça existe

Grâce à l’impression 3D, le plâtre médical pourrait bien connaître une évolution majeure.

Exit le gros pansement lourd et inconfortable, un jeune étudiant de l’Université de Wellington a mis au point le Cortex, un modèle de plâtre imprimé en 3D. Ce procédé permet d’adapter parfaitement la protection à la blessure, en jouant sur l’épaisseur du nylon utilisé lors de la conception 3D. En outre, comme on peut le voir sur l’image ci-dessus, il est alvéolé et permet donc à la peau de respirer, ôtant ainsi le désagrément des mauvaises odeurs. De plus, il est waterproof.

Jake Evill, son concepteur, explique qu’il suffit de prendre un scan de la partie du corps à plâtrer. Un logiciel permet ensuite de déterminer la forme optimale du plâtre avec des renforts autour de la fracture. « Pour le moment, l’impression 3D prend environ trois heures, là où un plâtre classique est fait entre trois et sept minutes, mais nécessite entre un et trois jours à se solidifier complètement. Avec les prochaines améliorations des imprimantes 3D, nous pourrions voir ces trois heures réduites. »

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire