Le Podcast, trop anglais pour être français ?

PodcastNotre langue vivante subit perpétuellement des changements à mesure que le monde évolue. Et une grande partie de ces changements nous viennent du Net, pour des raisons diverses, mais systématiquement liées à la création d’un nouveau type de service ou de logiciel. L’anglais étant la langue internationale par défaut, et une langue prédominante sur Internet, la plupart de ces néologismes sont anglais, ce que notre chère Comission Générale de Terminologie et de Néologie réprouve. Aujourd’hui, c’est le mot « Podcast » qui est passé à la trappe.

My podcast is rich

Podcast, ainsi que toutes ses déclinaisons telles que Podcasting ou Podcaster, sont sur la sellette. La CGTN, qui s’occupe régulièrement de rappeler les francophones à l’ordre quand à l’utilisation de leur langue natale, aimerait en effet les faire remplacer par quelque chose de plus français. En outre, nous ne devrions plus parler de « Podcast », mais de diffusion, voire de « baladodiffusion » (contraction de diffusion pour baladeur), comme le font déjà nos cousins québécois.

Je ne podcaste plus, je baladodiffuse

« Seuls les mots diffuser, diffusion... Correspondent à la notion exprimée en anglais par podcast et par ses dérivés », explique la CGTN. De plus, la Comission en profite, puisque ça n’arrive que trop rarement qu’on l’écoute, pour rappeler que les mots download et upload ont, eux aussi, des équivalents autrement plus français : « Dès qu’il s’agit de l’opération de transfert de fichier sur un baladeur, la Comission générale recommande de s’en tenir aux termes en usage : télécharger, téléchargement, téléchargeable... seuls corrects en suffisamment explicites ». Ainsi, on ne dira plus « je downloade un podcast », mais « je télécharge une diffusion pour baladeur ». Sans compter, d’ailleurs, que le mot podcast est issu du fameux iPod, de la marque Apple Computers, et qu’il fait une publicité implicite au baladeur à chacune de ses utilisations.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
15 commentaires
    Votre commentaire
  • Drake51
    Bonjour,

    je suis justement le fondateur d'une plate-forme de podcast www.rss-one.com ainsi que d'un logiciel de podcast www.noopod.com

    Et je dois dire que je ne comprend absolument pas cette commission car pour commencer le podcasting n'a rien avoir avec un baladeur.
    Un podcast c'est une émission audio ou vidéo auquelle on peut s'abonner via un flux XML, afin de pouvoir recevoir directement ses émmission sur son ordinateur ou autre : baladeur, psp, console etc...

    Mais pas besoin de baladeur pour faire du podcast.

    Ensuite renomner quelque chose qui est déja utilisé par des millions de personnes et qui en plus est universelle de part le monde, je ne comprend vraiment pas.

    Un langue ne se construit pas par une décision de quelques personnes, non une langue se construit de part son utilisation par les hommes, par les voyages, le mélange des comunautés, c'est ça une langue.
    0
  • YoyoGamer@IDN
    Enfin dire que nos cher amis du Quebec font deja sa depuis 2 ans , je dois dire que eux sont plus francophone que nous dans le langage.

    Citation:
    je ne comprend vraiment pas.


    La francophonie est un sujet qui touche certaine personne et pas d'autre , moi par exemple sa me dérange pas , j'aime l'exception culturelle française.
    0
  • tbdb
    Même si leur création de mots est parfois maladroite (baladodiffusion...) et paraît bizarre, je trouve leur initiative très bonne. En effet, il est important de pouvoir avoir nos propres mots pour exprimer de nouveaux produits/idées/concepts.
    Il y a quelques années, quand on me parlait de courriel, ça me faisait sourire; maintenant, ça me parait aussi normal que mail.

    Sinon, la news ne dit pas comment on dit uploader en français.

    Enfin, que les Quebecois parlent plus français que nous, ce n'est pas nouveau. Il faut dire qu'ils ont pas trop le choix, ils sont un peu cernés par l'anglais, et le français reste une preuve de leur identité.
    0