[MàJ] Popcorn Time s'arrête... pour redémarrer de plus belle

Mise à jour du 17/03/2014 :
L’histoire de Popcorn Time s’achève déjà pour l’équipe à l’origine de ce programme que certains décrivent comme le « Netflix du pirate ». Lancé au début du mois, l’application a fait face la semaine dernière à un retrait de la part de la plateforme qui hébergeait les fichiers, MEGA. Sans trop de surprise, les développeurs ont fini par communiquer pour indiquer la fin de l’aventure. S’ils se disent « extrêmement fiers » du logiciel, ils tiennent à préciser que la fin du développement ne traduit pas un manque « d’énergie, de motivation, de détermination ou d’alliés ». Les bénévoles (personne ne touchait de l’argent) tiendraient simplement à « continuer (leurs) vies ». La question de la légalité n’est donc pas à l’origine de cet arrêt brutal. Les développeurs rappellent d’ailleurs à qui veut l’entendre que la plateforme se veut légale : « nous avons vérifié. Quatre fois ».

Mais à peine a-t-on appris cette mort par les équipes originales que le tracker torrent YTS a ressuscité Popcorn Time avec un fork (un nouveau logiciel basé sur un ancien code source). Dans une interview avec le site spécialisé TorrentFreak, on y apprend que l’aventure devrait « continuer de la même manière qu’avant. » Ils sont même mieux placés du point de vue du copyright puisque l’application repose sur leur API. « C’est comme si nous avions construit une autre interface pour notre site ». Avant de rappeler que Popcorn Time est avant tout « un projet mené par une communauté, et non pas par une seule personne » : en effet, le projet est open source ce qui implique que sa mort n’est a priori pas prévue pour tout de suite.


Article original du 13/03/2014 :

Popcorn Time, le nouveau "caïd" du streaming illégal

Vous êtes « tenté » par le téléchargement de films, mais n’êtes pas familier avec le fonctionnement des torrents ? Il existe maintenant une solution : Popcorn Time. Ce logiciel gratuit (et sans publicité) peut de prime abord faire penser à Cacaoweb, un autre programme qui permettait d’accéder à de nombreux contenus librement en streaming, mais au prix de l’intégrité de son ordinateur. En effet, il transformait sa machine en « bot », pour commettre des attaques à différent endroit sur internet. Popcorn Time n’est visiblement pas aussi mal intentionné et veut joindre la simplicité d’utilisation avec la qualité, l’un des principaux problèmes du streaming sur Internet.

L’application est très réussie sur le plan esthétique et propose un catalogue films plutôt riche. Quelques recherches nous ont permis de noter une grande diversité dans les titres, des œuvres plus anciennes aux dernières superproductions telles que 12 Years as Slave, tout juste sortis en salle en France. Le service est pour l’instant très anglophone, puisque la majorité des titres est en V.O. Lorsque l’on en sélectionne un, une fiche résume l’intrigue et il est souvent possible de choisir la définition dans laquelle il sera diffusé : 720p ou 1080p. Soit, une qualité très largement supérieure à ce que les sites de streaming nous avaient habitué jusqu’alors.

Une liste de sous-titres est même disponible (le français est parfois proposé), directement intégrée. Au lancement, passé un court temps de chargement, le film débute dans un lecteur spécifique. Enfin, une icône sous forme d’éclair indique l’état du fichier torrent (bon ou mauvais), ce qui se traduit par une vitesse de téléchargement plus ou moins importante.

L’arbre qui cache la foret

Mais que se passe-t-il en arrière-plan ? En réalité, Popcorn Time est un « simple »client bittorrent. Mais la différence, c’est que plutôt que de laisser l’utilisateur chercher sur Internet des fichiers, il fait simplement le travail à sa place. Tout est totalement invisible, Popcorn Time rend le processus de téléchargement le plus simple possible : pas de fichiers à trouver, pas de publicité qui perturbe l’expérience ou d’inscription longue et laborieuse. Finalement, un utilisateur lambda n’aura, à aucun moment, l’impression de naviguer en pleine illégalité.

Car si un logiciel de torrent n’est pas illégal en soi, les fichiers récupérés et les flux vidéos affichés sur l’écran le sont. Ces œuvres sont protégées par des droits d’auteurs qui sont ici clairement bafoués. À défaut de surfer dans la légalité, l’équipe très sérieuse aux commandes de l’application, ne tire aucun bénéfice lucratif de cette belle affaire. Dans une interview avec le site spécialisé TorrentFreak, les développeurs expliquent : « Nous ne stockons rien et aucun des développeurs ne gagne de l’argent. Il n’y a ni publicité, ni comptes premium, ni abonnement ou quoi que ce soit dans le genre. C’est une expérimentation pour apprendre et partager. »

Rien à voir avec Kim Dotcom en apparence donc, le géant derrière Megaupload qui avait largement tiré profit, à hauteur de plusieurs dizaines de millions de dollars, de sa plateforme de téléchargement. D’ailleurs, les fichiers d’installation de Popcorn Time (compatibles Windows, Mac et Linux) étaient hébergés chez Mega, avant d’être retiré dans la journée d’hier. Depuis, le site officiel de l’application ne propose toujours pas d’autres liens.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire