Le projet Asteroid de la NASA au point mort

C’était en 2010, le président des États-Unis, Barack Obama annonçait : « En 2025, nous comptons sur un nouveau satellite conçu pour les longs trajets, afin de nous permettre de commencer les toutes premières missions avec équipage au-delà de la Lune, dans l'espace profond. De ce fait, nous allons commencer par envoyer des astronautes sur un astéroïde pour la première fois dans l'histoire », a déclaré Obama au Centre spatial Kennedy en Floride lors de son discours sur la politique spatiale.

Un astéroïde offrirait en effet deux avantages : l’un, c’est un projet complètement novateur, car aucun humain n’avait encore visité un astéroïde ; le deuxième, avec un puits suffisamment profond pour avoir une gravité, la mission ne demanderait ni atterrisseurs coûteux, ni véhicules de remontée pour prendre pied et décoller de la surface de l’astéroïde.

Mais il y a aussi des inconvénients. Malgré plusieurs années de recherches, les scientifiques n’ont pas pu identifier d’astéroïde suffisamment proche de la Terre permettant de l’atteindre au moment opportun, d’autant qu’Orion, le véhicule de la NASA dédié à la mission n’est pas en mesure de transporter une équipe dans l’espace profond pendant plus de 21 jours. Après avoir étudié la question, les ingénieurs de la NASA sont venus à la conclusion qu’ils ne disposaient ni des outils ni du budget indispensable pour expédier des humains vers un astéroïde et surtout pas, d’ici 2025.

Une solution de récupération appelée asteroid retrieval mission (ARM) a alors été avancée. Elle consiste à envoyer un engin spatial robotisé dans le système solaire pour extraire un rocher de la taille d’un SUV d’un astéroïde, avant de le ramener à proximité de la Lune où des astronautes viendraient l’examiner en 2025. Ce qui, techniquement, se rapproche de l’objectif du président Obama.

Changement de dates de lancement

Le président Obama est déjà sur la dernière année de son second mandat, et il est probable que la NASA finisse par renoncer à la mission Asteroid. En effet, il y a quelques jours,  le directeur financier de ladite agence, David Radzanowski, avait laissé filtrer des bribes de nouvelles concernant le budget du président, lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes.

La date de lancement officielle du vaisseau spatial qui capturera le morceau d’astéroïde est fixée à 2023 et non, en 2020 comme prévue. Néanmoins, Radzanowski se veut optimiste en demandant aux journalistes « de ne pas se focaliser sur la date », il se peut aussi que le lancement soit avancé !

Quant à elle, Michèle Gates, directrice de programme de la mission Asteroid a effectué plusieurs présentations montrant que le lancement d’ARM aura bien lieu en décembre 2020, pour atteindre l'astéroïde cible en 2022 et effectuer plusieurs essais avant de faire glisser le rocher vers le voisinage de la Lune, d'ici 2025. Interrogé directement sur ce désaccord apparent, Radzanowski répond qu’une visite d'un astéroïde en 2025 est bien une possibilité.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire