Uber veut travailler sur des voitures volantes

Après les VTC et les camions autonomes, Uber détaille le projet « Elevate » dans un livre blanc : constituer une flotte d’avions entièrement électriques à décollage et atterrissage vertical. Fidèle à sa stratégie, la compagnie ne se risquerait pas à produire de tels appareils. Son rôle consisterait à faciliter la relation entre l’offre et la demande.

La technologie VTOL existe déjà

Le projet elevate d'Uber

D’ici cinq ans, Uber espère la multiplication des avions électriques VTOL (vertical take-off and landing), capables de voler à plus de 200 km/h et dotés d’une autonomie supérieure à 150 km. L’appareil transporterait plusieurs passagers et un pilote se tiendrait aux commandes. D’après les spécialistes en aviation, ce délai est plutôt raisonnable. Depuis un certain temps, les constructeurs comme Boeing et Airbus utilisent des matériaux composites afin de réduire le poids de leurs avions. Par ailleurs, des fabricants tels qu’eVolo ont déjà annoncé que son Volocopter arriverait sur le marché en 2018.

Actuellement, l’Agence fédérale de l’avion (FAA) ne possède pas encore un cadre réglementaire approprié pour la certification des avions électriques commerciaux. Pour l’instant, elle n’a pas encore certifié un VTOL civil. Toutefois, les responsables d’Uber restent optimistes. Depuis le milieu des années 90, la FAA a autorisé le secteur privé à esquisser les textes régissant les nouveaux types d’avions. Après, elle a accepté de les promulguer.

Uber imagine le service à proposer

Le modèle des VTC n’est pas approprié puisqu’un avion coute plus cher.  Alors, la compagnie pourrait acheter les appareils et engager des pilotes ou nouer un partenariat avec les constructeurs. Étant donné qu’emprunter les airs permet d’éviter les embouteillages, plusieurs clients seraient séduits par la rapidité du voyage. De plus, les infrastructures sont prêtes. Les États-Unis comptent actuellement près de 6000 héliports privés.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire