La CNIL reparle de la protection des données

cnilLe 28 janvier prochain aura lieu la journée européenne de la protection des données.

À cette occasion, la CNIL en profite pour revenir sur ses inquiétudes au sujet de la protection des données des internautes et indique, chiffres à l’appui, que ces craintes sont partagées par les Français.

C’est sur une étude, réalisée par TNS Sofres en novembre dernier, que la CNIL s’appuie. Nous y apprenons entre autres que 61% des interrogés estiment que la constitution de fichiers est une atteinte à la vie privée. À côté de cela, seulement 26% ont pensent qu’ils sont correctement informés sur leurs droits.

La CNIL cite également un rapport publié par l’agence ETO, qui indique qu’au début de l’année 2007, 76% des internautes étaient gênés par le stockage de leurs informations dans des fichiers, tandis que 61% ont estimé que les informations données sur l’utilisation de ces fichiers n’étaient pas suffisantes. En d’autres termes, la situation n’a pas beaucoup bougé en un an, et les internautes sont toujours aussi méfiants et craintifs quant à ce que leurs données personnelles peuvent devenir.

Notre avis : La CNIL relance ici un débat houleux qui ne manquera pas de faire couler de l’encre. Les mesures préconisées par la mission Olivennes prévoient la conservation des coordonnées des internautes sanctionnées dans un fichier, afin d’empêcher ceux-ci de s’abonner à nouveau à Internet. Or, rien ne précise la durée de la conservation de ces données, ni si elles pourraient être utilisées pour d’autres usages...

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
4 commentaires
    Votre commentaire
  • rulio31
    Juste pour info, petite correction : "À côté de cela, seulement 26% pensent qu’ils sont correctement informés sur leurs droits." et non pas "À côté de cela, seulement 26% ont pensent qu’ils sont correctement informés sur leurs droits."
    Le "ont" est en trop...
    Pour ce qui est de l'utilisation des données sur internet, je trouves les sites trés friant d'adresses mails et d'utilisation massive de cette données !
    Combien de fois on reçoit une pub qui se dit transmise par tel site surlequel on s'est inscrit en "confiance" relative !
    Et le pire c'est les cascades : Mail de pub d'une société qui est la filliale de telle autre etc ... pour retrouver l'endroit où l'on s'est inscrit !
    Qui par ailleurs n'est pas expliqué clairement, puisque la revente de ces informations est "normalement" interdite, mais comme ces des entreprises partenaires ou filliale..ce droit saute !
    0
  • jun2
    @rulio31
    La revente de ces informations est interdite... En france. Ce débat est inutile si l'on n'uniforme pas les loi international. Le projet data portability soulevera énormément cette question je pense.
    0
  • Anonyme
    Je soutiens à 200% la CNIL qui malheureusement à un budget misérable par rapport à la tâche. Les lois françaises de protection des données personnelles et commerciales ne sont pas respectées en France et c'est pour moi un problème avant d'uniformiser les lois internationales ... le 1er problème sera européen mais donnons-nous les moyens de faire respecter nos droits !
    Par exemple, je suis chez un opérateur mobile très connu en France qui ne m'a pas mis sur liste rouge par défaut (et donc vendu mon numéro à une société partenaire) - ceci est contraire à la loi. Et vous qu'en est-il ?
    Avez-vous lu les mentions légales lors de l'inscription au site Ebay ? Lors du passage iBazar/Ebay les lois américaines se sont imposées et ils peuvent conserver nos données pendant très longtemps et commercer avec.
    Combien d'email publicitaire recevez-vous sans lien de désinscription ou ce lien ne marche pas ?
    Une grande banque française fait signer une acceptation en ligne par simple clic pour l'utilisation de son service Internet de gestion de compte en donnant ses contacts "médiateurs" et tribunaux locaux à contacter en cas de litige ... sauf que l'UFC que choisir avait déjà dénoncer ses pratiques pour des sites de vente en ligne mais bizarrement rien pour cette banque.
    Une société de chemin de fer bien connu à laisser durant 4 mois les coordonnées de ses abonnés (adresse, tél, photo...) facilement accessible aux internautes (il fallait juste être capable de taper un chiffre ou deux différents dans l'adresse) et n'a reçu aucun avertissement alors que la société free à laisser une fuite durant 24 heures et à elle reçu un avertissement.
    Tous ceci n'est pas la pour dénoncer la CNIL mais son indépendance et son action passe par un soutien de l'opinion et un soutien financier de la part de l'Etat et même si c'est l'UMP qui est averti ...
    0