La réalité virtuelle peut-elle aider à traquer les criminels nazis ?



Les autorités allemandes mettent à profit la réalité virtuelle pour poursuivre en justice les derniers criminels nazis. Les officiers en charge de ce dossier utilisent des casques de VR pour se mettre à la hauteur des personnes qui travaillaient dans les camps de concentration durant la Seconde Guerre mondiale. Pour l’occasion, une reconstitution 3D du camp d’Auschwitz a été créée. Cette immersion derrière les barbelés permet aux enquêteurs de déterminer si les employés du camp étaient en mesure de connaître les exactions qui y ont été commises. 

Jens Rommel, chef du bureau fédéral qui traque les criminels nazis, explique qu’« il y a souvent eu le cas de suspects qui travaillaient à Auschwitz, mais disaient ne pas savoir réellement ce qu’il s’y passait. » La réalité virtuelle est donc un outil très intéressant pour déterminer si un suspect devait ou non être conscient des crimes perpétrés dans les camps.

Elle a pour la première fois été utilisée cette année dans le procès du garde SS Reinhold Hanning. En juin dernier, il a été reconnu complice de 170 000 meurtres à Auschwitz et condamné à 5 ans d’emprisonnement.

>>> Lire : Casque VR : quel casque de réalité virtuelle choisir ?

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire