Reuters détecte les fausses informations sur Twitter grâce à un robot

Alors que Facebook commence enfin à s’inquiéter du partage de fausses actualités sur son réseau social, l’agence de presse Reuters va plus loin et a développé un outil capable d’analyser des fausses informations qui circulent sur Twitter.

Interrogés par la revue de l’école de journalisme de Columbia et la fondation Nieman Lab, les équipes de Reuters ont dévoilé un outil désormais utilisé au sein de l’agence depuis plus de deux ans : News Tracer. Ce robot permet à l’agence de naviguer à travers les 500 millions de tweets publiés chaque jour dans le monde et d’analyser le contenu pour dénicher des actualités qui n’ont pas encore été publiées ailleurs.

La particularité de ce robot est qu’il est capable de vérifier la crédibilité de l’information publiée sur Twitter en fonction de quarante critères différents, comme l’identité de l’utilisateur ayant publié l’information, sa propagation, le lieu d’où le tweet a été publié, l’écriture en lettres majuscules ou minuscules, ou la possibilité de démentis. « Plus important encore, Tracer confronte les tweets à une base de connaissance interne de sources fiables », explique la revue de Columbia. Un système qui permet de trouver les meilleures sources possibles pour l’agence Reuters, en tous cas pour des événements où peuvent se trouver des témoins comme des attentats, des bombardements ou des catastrophes naturelles. Il a notamment été utilisé dans le cadre de l’attentat de l’aéroport de Bruxelles en début d’année ou les explosions à New York en octobre.

News Tracer n’est évidemment qu’un outil pour l’agence de presse et ses journalistes. Une fois que le robot a repéré un événement qu’il juge probable grâce à l’analyse du tweet ou de l’ensemble de tweets le concernant, reste encore aux journalistes à écrire la dépêche et mettre l’information en perspective. « Nous ne pouvons pas être partout. Notre outil nous permet de ne plus avoir à porter le fardeau d’être les témoins et laisse à nos journalistes le soin d’apporter une forte plus-value », a expliqué Reg Chua, responsable des données et de l’innovation chez Reuters, à la fondation Nieman.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire