Vendre son iPod ? Oui, mais vide...

Infos-du-Net.comLa RIAA ne manque pas de se faire remarquer aux États-Unis, où elle continue de multiplier les procédures envers les internautes qu’elle considère comme des pirates.
Et comme tous les moyens sont bons pour qu’on parle d’elle, lancer un petit scandale de temps en temps semble être un bon moyen de rester en tête des journaux.
Aujourd’hui, le syndicat a décidé de se plaindre comme il sait si bien le faire envers les utilisateurs d’iPod qui seraient tous des pirates en puissance, et ce même s’ils achètent toutes leurs musiques sur iTunes et n’en font pas de copies sur Internet ou l’ordinateur du voisin...

Comme le disait mon ami Steve B. : “Les utilisateurs d'iPod sont tous des pirates”

La vente d’iPod va-t-elle devenir interdite d’ici peu aux États-Unis suite à un décret de la RIAA ?
Non, bien entendu (enfin... on espère...), seulement, le syndicat a trouvé dernièrement de bon augure de rappeler que si la vente d’iPod reste légale aux États-Unis (la chance qu’ils ont ! Ils ont même le droit de vendre leur baladeur !), il faudrait peut-être penser à vider ce dernier avant de remettre celui-ci à son nouveau propriétaire.
Mais pourquoi donc ?
Il semblerait que si les musiques achetées sur Internet peuvent être écoutées à volonté par l’acheteur (enfin, presque, avec les DRM on peut même nous limiter en nombre d’écoutes) il n’ait en revanche pas le droit de les revendre ensuite.
Il est vrai que la RIAA n’avait jamais statué sur ce type de pratiques, mais met aujourd’hui les choses au clair : “Vendre un iPod chargé avec de la musique revient à vendre un DVD gravé contenant une collection entière de musique” affirme le syndicat.
Et si rien n’était clair à ce sujet, c’est justement parce que le paradoxe veut que la même personne vendant un iPod vide et l’équivalent des musiques qu’il contenait sur des CD achetés dans le commerce (au même titre que leur format MP3 sur iTunes, donc) ne s’expose à aucune sanction judiciaire, le résultat étant pourtant strictement le même.
De plus, Apple risque assez fort une fois de plus de ne pas vraiment apprécier la publicité que lui fait la RIAA en affirmant que le baladeur de la firme est un moteur du piratage en puissance, nous savions déjà Steve Jobs en froid avec les majors, nous comprenons parfois très vite pourquoi.
Une fois de plus, la RIAA s’embourbe et se contredit, mais ne sommes-nous pas déjà habitués à ce comportement ?

Source : Afterdawn
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
21 commentaires
    Votre commentaire
  • noldarn
    Ils ont raison : qu'ils continuent à s'acharner sur les acheteurs de musique !
    Comme ça ceux-ci se tourneront vers la vraie illégalité ...
    En effet pourquoi payer pour être traité de pirate alors qu'on peut l'être pour gratos ;-)
    0
  • aurelie@IDN
    Et ils comptent vérifier comment que le baladeur est vide ou non ? Ils ont engagé Johnny Smith ?
    0
  • dsms
    lol oui Johnny Smith :laugh: :lool: :mdr:
    0