RSF s'attaque (aussi) à la Loppsi

Le front anti Loppsi se constitue peu à peu. Et chaque jour ses rangs se voient garnir non pas de vilains « pirates » mais d’institutions pour le moins respectables.  Hier, c’était la CNIL (Commission nationale informatique et libertés) qui faisait part de son inquiétude sur le recours aux mouchards évoqué dans la Loppsi. Aujourd’hui, c’est RSF (Reporters sans frontières) qui monte au créneau face aux aspects « sensibles » du projet de loi.

Par aspects « sensibles », c’est encore une fois le mouchard et les mesures de traçabilité en général qui sont visés. En effet, le projet n’a toujours pas dévoilé quelles seront les personnes qui auront accès aux informations collectées sur les ordinateurs fouillés, ni même les modalités d’utilisation des dispositifs de surveillance. 

Mise en danger des sources journalistiques


« Nous sommes inquiets (…), nous redoutons une utilisation excessive de ce système d’espionnage par la police, qui pourrait mettre en danger la protection des sources journalistiques », explique l’organisation qui remet ouvertement en cause « le cadre de mise en œuvre de la captation des données informatiques qui doit être clairement défini ». RSF conclut en lançant un appel aux parlementaires afin qu’ils présentent les amendements nécessaires au bon encadrement de la future loi.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
9 commentaires
    Votre commentaire
  • aviat17
    LOPPSI ne fait vraiment l'unanimité. C'est un vrai "front" qui commence à se faire jour.
    0
  • kleuck
    Lourd
    Obtus
    Puant
    Parano
    Stupide
    Inepte
    2
  • Will-Lee
    ils vont se la mettre où je pense la Loppsi
    1