Faire l’amour dans l’espace peut être mortel

Avec la progression de la conquête de l’espace et l’exploration de planètes voisines comme Mars, les rêves de l’humanité de coloniser le reste du système solaire semblent se concrétiser peu à peu. Pourtant, les conclusions d’une récente étude scientifique risquent de freiner quelques rêves : faire l’amour dans l’espace peut être mortellement dangereux.


Parmi les risques évoqués figurent notamment de graves troubles physiques, parmi lesquels des dommages au cerveau ou l’apparition de cancers. L’étude montre notamment que le processus de reproduction de toutes les espèces sur Terre est en réalité largement influencé par la gravité, et que son absence dans l’espace pourrait avoir de lourdes conséquences sur le développement d’un nouvel être. « La science savait déjà que les humains, les animaux et les plantes ont évolué en fonction de la gravité sur Terre et qu’ils peuvent la sentir », explique le professeur Anja Geitmann, biologiste à l’Université de Montréal, qui a mené l’étude. « Ce que nous découvrons, c’est la manière dont les cellules des humains ou des plantes sont affectées par une gravité plus intense (ou hypergravité), comme on en trouve sur des planètes plus grandes, ou une très faible gravité (ou microgravité), comme celle que l’on retrouve dans un vaisseau spatial ».


Les expériences ont donc été menées sur du pollen, qui transporte les cellules mâles des plantes, notamment grâce à son processus de développement rapide, qui a permis d’observer très rapidement les effets d’une gravité altérée. Le résultat est clair : aussi bien l’hypergravité que la microgravité ont largement altéré la coordination très précise de la construction des cellules. « Cela nous a permis de comprendre les principes des mécanismes de reproduction chez les plantes, mais, plus important, comment le système de transport intercellulaire des cellules eucaryotes répond aux altérations de la gravité. »

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
8 commentaires
    Votre commentaire
  • noldarn
    De ce que je comprend ce serait plutôt la croissance de l'être vivant (dès l'embryon) qui pose problème plus que l'acte de reproduction en lui même, mais ça ne ferait pas un titre assez accrocheur je suppose ...
    3
  • Poskalego
    Quand on s'envoie en l'air, faut pas le faire trop haut ...
    2
  • Rorothermidor
    Bonjour,
    En réalité, l'idée, c'est qu'il est nécessaire de maintenir une illusion du maintient de la gravité d'une manière ou d'une autre pour maintenir les fonctions normales des hommes en voyage spatial. La plus répandue est celle d'un anneau qui tourne de manière continue afin de maintenir une gravité artificielle liée au mouvement de celui-ci (dommage que nous n'ayons pas encore inventé le plaquage gravitationnel...). Aussi le vaisseau qui devra voyager vers Mars sera sans nul doute similaire à ces images de navires découverts dans la SF avec un large anneau d'habitation dans lequel se situera toutes les pièces de vie ainsi que les éléments principaux de commande.
    0