Les premiers sites en .xxx sont en ligne

Un logo expliciteUn logo expliciteAlors que le .fr vient de franchir les deux millions de sites, c’est une autre extension qui attire tous les regards. Les noms de domaine en .xxx sont désormais disponibles. 600 000 ont déjà été réservés, trois sont déjà en ligne.

Après de longues années de tergiversation et un mois seulement après son approbation par l’ICANN, le .xxx a été rendu accessible le week-end dernier. Selon ICM qui gère l’extension, ce sont plus de 600 000 noms de domaine qui ont déjà été réservés. Un pactole pour cette entreprise puisque le .xxx est vendu en moyenne 60 dollars par an contre une dizaine pour un classique .com. La société espère engranger 200 millions de dollars de revenus par an. Trois sites (xxx.xxx, sex.xxx et porn.xxx) sont déjà en ligne, mais toutefois sans contenu pour l’instant.   

L'industrie de la pornographie sur la défensive

Les professionnels de la pornographie ne peuvent s’empêcher de crier au scandale. Le prix très élevé des noms de domaine peut représenter un budget colossal pour certaines entreprises qui gèrent parfois plusieurs milliers de sites. L’association Free Speech Coalition qui regroupe plusieurs entreprises de l’industrie pornographique a fait part de sa crainte concernant l’utilisation d’une telle extension. Rien de plus simple que de bloquer un site porno en .xxx que ce soit pour filtrage parental ou pour censure, comme vient de l’annoncer l’Inde.

La Free Speech Coalition craint que toute l’industrie du X soit un jour obligée de basculer sur cette extension, réduisant ainsi l’audience de ses sites et donc leur chiffre d’affaires. Si les 600 000 réservations sonnent comme un succès, il ne faut toutefois pas oublier que l’essentiel est fait par des cyber-squatteurs qui cherchent là le meilleur nom de domaine dans un simple but de spéculation. L’exemple de sex.com, récemment vendu pour 12 millions de dollars attire les convoitises.            

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
3 commentaires