Révélations de Snowden : La NSA dément, Zuckerberg s'indigne

Suite aux révélations de ce mercredi publiées par le site The Intercept au sujet de logiciels malveillants installés par la NSA en faisant croire aux internautes qu’ils accédaient à Facebook, l’agence a vivement réagi. De son côté, Mark Zuckerberg a appelé directement Barack Obama.

Depuis plus de neuf mois, les révélations se succèdent au sujet des pratiques d’espionnage de la NSA sur Internet. Dernier épisode en date, le site The Intercept affirmait mercredi, sur la base de documents de la NSA fournis par Edward Snowden, que l’agence américaine aurait dirigé des internautes souhaitant se rendre sur Facebook vers de faux serveurs. Ils auraient alors été contaminés avec un logiciel malveillant visant à accéder à leur microphone ou à leur webcam ainsi qu’à récupérer les données stockées sur leur disque dur.

Lire notre dossier sur les neuf mois de révélations d'Edward Snowden

L’agence de sécurité américaine a, pour la première fois, réagi à ces nouvelles révélations dans un communiqué publié ce jeudi par le site The Hill. « La NSA n’utilise pas ses capacités techniques pour se faire passer pour un site d’une entreprise américaine. La NSA ne vise également aucun service mondial d’Internet sans l’accord d’autorités légales », affirme l’agence qui dénonce les informations de The Intercept : « Les révélations sur des opérations d’exploitation d’ordinateurs sans distinction sont simplement fausses ». L’agence ne nie cependant pas l’existence de telles pratiques, qui viseraient « seulement à soutenir les opérations de renseignement légales et appropriées, qui doivent être effectuées en plein accord avec les autorités ».

De son côté, Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, a directement appelé le président Barack Obama. Dans un statut publié sur Facebook, il fait part de cette conversation. « J’ai appelé le président Obama pour exprimer ma frustration sur les dommages que le gouvernement crée pour notre futur à tous », a-t-il affirmé, voyant dans les activités de la NSA une « menace » pour Internet. Mark Zuckerberg semble néanmoins pessimiste pour l’avenir proche : « Malheureusement, il semble qu’il faille attendre longtemps avant une vraie réforme complète ».

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire