La sonde Gaïa s’envole cartographier la galaxie

L’espace reçoit beaucoup de visites ces derniers temps. Après que la Chine a posé récemment une sonde sur la Lune, l’Europe s’en va aussi propulser un appareil, dont la mission sera de cartographier notre Galaxie. Un défi que relève la sonde Gaïa, dont le décollage a eu lieu à 10 h 12 heure de Paris depuis la base de Kourou en Guyane. À bord d’une fusée Soyouz, la sonde construite par la société Astrium à Toulouse, va s’envoler à 1,5 million de kilomètres de la planète bleue, soit sept fois la distance Terre - Lune.

Grâce à elle, l’Agence spatiale européenne (ESA) bénéficie du télescope spatial européen le plus perfectionné jamais envoyé en orbite, qui stationnera au point Lagrange 2, offrant une bonne stabilité pour qu’il puisse travailler dans des conditions optimales. Le télescope qui équipe Gaïa offre des performances tout simplement inédites et aura pour tâche de photographier environ un milliard d’étoiles - soit environ 1 % des astres de la Voie lactée - afin de permettre aux 400 scientifiques restés sur Terre de cartographier la galaxie, en 3D s’il vous plait. Chacune sera observée à 70 reprises, un travail qui devrait prendre environ cinq à six ans. 

Grâce à elles, les équipes devraient être à même de comprendre les origines de l’Univers ainsi que son évolution, tandis que des surprises sont attendues, à commencer par la découverte de nombreux objets célestes encore inconnus. La précision du télescope -  un milliard de pixels -  est telle qu’il pourrait observer un cheveu à 1 000 kilomètres de lui ou plus évocateur, regarder un ongle sur la Terre depuis la Lune. Pas étonnant alors que le volume total de donnée de la mission soit évalué à un pétaoctet, soit 1 000 téra-octets ou encore un million de giga-octets.

Gaia: launch to orbit

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire