Star Wars Le Réveil de la Force : la double Geek Critique !

Après plus de trois ans d’attente, le septième volet de la saga Star Wars est enfin sorti au cinéma ce mercredi. Si le film aura sans nul doute le succès commercial escompté, encore faut-il savoir s’il vaut vraiment toute cette attente. Deux journalistes de la rédaction, Geoffroy Husson et Nicolas Aguila, sont donc allés le voir ce matin. Le premier, très fan de toute la franchise, y compris des épisodes I, II et III, attendait impatiemment le long-métrage. Le second n’a pas vu l’épisode III et la saga lui sort par les trous de nez. Qu’en ont-ils pensé ?

5 raisons de craquer (ou pas) pour Star Wars VII : le retour de la Force

>>> Star Wars : on vous résume les six premiers volets

Le pitch : Une trentaine d’années après la destruction de l’Étoile Noire et la mort de l’Empereur, le côté obscur subsiste encore au travers du Premier Ordre qui cherche encore à écraser la Résistance, la République et le dernier Jedi, Luke Skywalker. Celui-ci s’est en effet exilé il y a plusieurs années lorsque l’un de ses élèves, futur Jedi, a décidé de basculer du côté obscur. Pour la Résistance, il est le dernier rempart pour sauver la Galaxie.

Les nouveaux héros, Rey et Finn

Geoffroy : Comme pour marquer le départ d’une nouvelle trilogie, le septième volet de la saga Star Wars change de point de vue et s’attarde surtout sur deux nouveaux personnages : Rey et Finn. C’est d’ailleurs de leurs yeux que les spectateurs découvrent toute l’intrigue du film, notamment dans la première moitié, alors qu’ils sont tous deux perdus sur la planète désertique de Jakku. Finn est un ancien stormtrooper qui choisit de déserter à sa première mission, lorsqu’il se rend compte à quel point le Premier Ordre cherche à faire le mal. Rey est quant à elle une pilleuse de vaisseau qui cherche à revendre du métal pour réussir à vivre. Deux personnages très attachants aux caractères bien affirmés. Seul léger point négatif, on aimerait en savoir davantage sur l’un comme sur l’autre, même si ça devrait certainement être le cas dans les deux prochains volets de la trilogie.

Nicolas : Ces deux personnages que tout semble opposer vont devoir travailler ensemble, et vivent ainsi une histoire assez intéressante à l’écran, les mettant dans des situations qui vont du vaguement comique au presque héroïque. Si leur histoire est quelque peu convenue et sans grande surprise, les acteurs sont quant à eux assez convaincants et incarnent parfaitement leur rôle, on finit très vite par les trouver attachants et s’intéresser à leurs aventures.

Le retour des anciens

Geoffroy : C’était un retour prévisible et pourtant, ils n’ont pas manqué au rendez-vous. Mark Hamill, Carrie Fisher et, surtout, Harrison Ford sont de retour dans ce nouveau film. La palme revient en particulier à ce-dernier, l’acteur interprétant le personnage de Han Solo. Si celui-ci débarque dans l’intrigue par une chance incroyable, son personnage reste particulièrement attachant. Il servira de mentor pendant toute l’intrigue à Rey et Finn, totalement dépassés par les événements. Pour la princesse Leia (Carrie Fisher), devenue générale de la Résistance, on espère la voir davantage dans les prochains volets. C’est également le cas de Luke Skywalker, dont la recherche par le Premier Ordre comme par la Résistance constitue l’enjeu principal de cet Épisode VII.

Nicolas : Si Star Wars : Le réveil de la Force est l’occasion de découvrir de nouveaux acteurs de talent, le réalisateur J.J. Abrams n’a visiblement pas pu s’empêcher de sortir le casting d’origine de sa retraite bien méritée. Ainsi, en plus du retour des trois piliers on doit composer avec Chewbacca ou l’agaçant C-3PO. Le tout est l’occasion de quelques clins d’oeil sympathiques pour les fans de la première heure, mais qui ont une fâcheuse tendance à alourdir l’ensemble et à ramener systématiquement le spectateur dans les histoires passées entre ces différents personnages. Merci, mais la trilogie de 1977 suffit amplement pour revivre les histoires de Solo et ses amis, un peu de sang frais ne fait pas de mal.

Les batailles spatiales

Geoffroy : Que serait un Star Wars sans ses combats aériens fantastiques ? De ce côté-là aussi, les spectateurs sont servis dans ce septième volet. Si le design des X-Wing a quelque peu évolué, les scènes de batailles restent particulièrement jouissives à observer. Cependant, contrairement aux Épisodes IV, V et VI, les combats ne se déroulent pas directement dans l’espace, mais à la surface de différentes planètes. Un choix qui permet au réalisateur J.J. Abrams de filmer des séquences de vol vertigineuses, mais aussi les troupes censées combattre au sol sous une pluie de tirs de lasers.

Nicolas : Les batailles spatiales et autres numéros de voltige entre les lasers étaient un des points forts des précédents épisodes, et ce septième opus ne déroge pas à la règle : on en prend plein les yeux dès le début. Un énorme travail a été effectué sur les décors, montrant de magnifiques paysages, aussi bien désertiques que densément peuplés, et qui deviendront vite le théâtre des différentes batailles du film. Les combats aériens, très bien chorégraphiés, donnent ainsi lieu à quelques scènes d’action plutôt mémorables que l’on prend plaisir à découvrir.

>>> [Vidéo] On a vu plus de 5 minutes de Star Wars Épisode VII

Le nouveau méchant, Kylo Ren

Geoffroy : Dans Star Wars, les méchants sont souvent plus charismatiques que les gentils. C’était le cas de Dark Vador, confronté au côté obscur comme au côté lumineux de la Force. C’est encore le cas cette fois du méchant Kylo Ren. Perverti par le Chef Suprême Snoke, leader du Premier Ordre, il cherchera à faire table rase de son passé pour basculer définitivement du côté obscur, poursuivre l’œuvre d’Anakin Skywalker et se placer en digne héritier de Dark Vador.

Nicolas : De nouveaux héros impliquent logiquement un nouveau grand méchant, et c’est le rôle que tiendra l’antagoniste Kylo Ren dans cet opus. Si son apparence et son comportement ont tendance à vous faire penser à ce bon vieux Dark Vador, ce n’est pas tout à fait par hasard : Kylo Ren a élevé ce dernier au rang de modèle, souhaitant par-dessus tout devenir un seigneur du côté obscur aussi redouté que lui. Si ce personnage cache un lourd secret qui le rend intéressant pour le spectateur, il est tout de même dommage de tomber aussi facilement dans le piège d’une présentation si manichéenne, qui caractérise finalement un des travers de toute la saga Star Wars.

Une structure très proche de la première trilogie

Geoffroy : En définitive, le principal plaisir tiré de ce septième volet de la saga, c’est de se replonger une nouvelle fois dans cette galaxie. Tout y est, du générique d’ouverture aux combats spatiaux en passant par les personnages dépassés par ce qui les entoure, mais qui réussiront à se transcender pour tenter de sauver la galaxie. Du point de vue de l’histoire, Le Réveil de la Force s’approche clairement de la structure de la trilogie d’origine et non pas des épisodes I à III. Il n’est pas question ici de politique, de pouvoir ou de complots. Seuls comptent l’affrontement entre le bien et le mal sur des planètes dispersées dans la galaxie et le destin de personnages que rien ou presque ne prédestinait à devenir des héros.

Nicolas : J.J. Abrams ne s’est donc pas contenté de rappeler le casting d’origine, il a également repris la structure des premiers films, jusqu’à proposer un scénario qui partage des pans entiers avec le quatrième épisode de 1977. Une fois de plus, on sent la référence que les fans apprécieront, mais il n’en reste pas moins que si nous voulons revoir l’épisode IV, il existe déjà en Blu-Ray, en DVD, en Laserdisc et même en VHS et Betamax. Un film qui prend un peu plus de risques et de partis pris dans son histoire aurait pu faire du bien. C’est d’ailleurs un sentiment amplifié par la seconde partie du film, qui se trouve être terriblement prévisible dès lors que les premiers secrets liant les personnages commencent à se dévoiler. Dommage !

L'avis de Geoffroy

L'avis de Nicolas

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire