Un studio banni de Steam pour avoir menacé les joueurs trop critiques

Le studio Digital Homicide disposait d’une page sur le service Steam, ou ses différents jeux étaient disponibles. Récemment, Steam vient de décider de bannir le développeur de son service, ce dernier ayant attaqué en justice plusieurs joueurs ayant diffusé des critiques négatives concernant ses jeux.

Le studio a notamment pris Valve, l’éditeur de Steam, à parti en lui demandant de lui fournir l’identité d’une centaine d’utilisateurs du service. Ces derniers sont accusés d’avoir publié des commentaires négatifs concernant les jeux de Digital Homicide sur les espaces de discussions mis en place par Steam pour évaluer ou commenter les jeux. Le studio préparait en effet un certain nombre d’attaques en justice et comptait demander un total de 18 millions de dollars en dédommagement aux différents internautes ayant commenté ses jeux, une décision « hostile à Steam » selon Valve, qui a donc pris la décision de sanctionner le studio en retirant ses jeux des pages de son service.

Digital Homicide, qui conteste cette suspension, compte malgré tout continuer dans la même direction. Le studio estime notamment que l’appareil judiciaire n’a été mis en marche qu’après avoir constaté que Steam n’aurait pas pris les mesures nécessaires pour modérer les avis des utilisateurs, et affirme que certains de ces mêmes avis contenaient des menaces de mort. Invérifiable, maintenant que les jeux et leurs fiches ne sont plus en ligne. Si Steam n’est pas spécialement connu pour sa réactivité quant à la modération de certains messages, Digital Homicide a également la réputation de montrer une certaine virulence à l’égard de ses détracteurs. Ainsi, le youtubeur américain Jim Sterling, qui s’en est souvent pris aux jeux du studio dans ses vidéos, a notamment fait l’objet de nombreuses plaintes de la part du développeur auprès de YouTube, notamment en tentant de faire retirer ses vidéos de la plateforme. 

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire