Passe d’armes par mail entre Steve Jobs et une étudiante

Steve JobsSteve Jobs

L’histoire commence le 16 septembre dernier. Chelsea Isaac, étudiante en journalisme, décide d’adresser un e-mail directement à Steve Jobs. Depuis plusieurs jours elle cherche en vain à joindre le service de presse d’Apple pour obtenir des informations consacrées à un devoir sur l’implémentation d’une application iPad. Le fondateur d’Apple répondant parfois aux e-mails adressés par des particuliers, l’étudiante tente sa chance, de manière quelque peu directe : « finir cet article est crucial pour ma note, il pourrait être potentiellement publié dans le journal de l'université. En plus de cette hypocrisie, qui consiste à ignorer les besoins des étudiants, alors qu'ils représentent une entreprise qui fait tant pour nos écoles, votre service de presse est également incapable de répondre aux demandes des journalistes à temps. Malheureusement, pour un journaliste professionnel, une absence de réponse ne leur coûtera pas une mauvaise note, cela pourrait leur coûter leur boulot ». 

Tirs croisés

Comme on pouvait s’y attendre, la réponse de Steve Jobs est laconique. Une phrase à peine plus longue que sa signature « Envoyé de mon iPhone » : « Vous aider à avoir une bonne note ne fait pas partie de nos objectifs ». Chelsea Isaac ne se démonte pas et renvoie un nouvel e-mail toujours signé de « Envoyé de mon BlackBerry avec T-Mobile » : « Oubliez ma situation personnelle, mais pensez à la simple courtoisie. Si vous recevez un message d'un client, en tant qu'employé, n'est-ce pas votre travail de répondre aux appels ? » Steve Jobs : « Non, nous avons plus de 300 millions de clients et ne pouvons répondre à leurs requêtes à moins qu'elles impliquent un problème. Désolé. »

Ce refus suffit alors à la jeune fille à hausser le ton : « Je SUIS l'un de vos 300 millions de clients. Et J'AI un problème ; j'ai besoin de réponses que seul le département de relations médias d'Apple peut me donner. » Il n’en fallait pas plus pour agacer Steve Jobs et obtenir une réponse digne de Chris Crocker à l’époque où il défendait Britney Spears : « Please leave us alone » (« S’il vous plait, laissez-nous tranquilles »).

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
52 commentaires
    Votre commentaire
    Meilleurs commentaires
  • stephbpm
    Si c'est pour répondre ce genre de chose, autant qu'il fasse traiter ses mails par sa secrétaire, ou qu'il transfère le mail au service concerné.
    12
  • Tous les commentaires
  • obidoub
    Dans le genre "envoyer chier les gens et les journalistes" on a le même en France, il est à l'élysée.
    1
  • stephbpm
    Si c'est pour répondre ce genre de chose, autant qu'il fasse traiter ses mails par sa secrétaire, ou qu'il transfère le mail au service concerné.
    12
  • Dr_cube
    Rien ne prouve que tous les emails que l'on prête à Steve Jobs sont vrais. N'importe qui peut inventer une conversation avec n'importe qui.
    1