Le papa de Windows 8 refusait de travailler pour Windows 7

Selon un rapport publié sur le site ExtremeTech, Steven Sinofsky, le directeur de la division Windows qui a récemment quitté Microsoft, a été à l’origine de certaines tensions dans le groupe. Il aurait notamment refusé de travailler sur une compatibilité de Windows 7 avec les tablettes.


Ceux qui ont eu l’occasion d’essayer Windows 7 sur un appareil tactile savent déjà que le système n’est pas vraiment adapté à cet usage. Selon le rapport publié par ExtremeTech, c’est en partie la faute de Sinofsky, qui aurait refusé d’accéder à la demande de Microsoft de travailler sur un véritable support des écrans tactiles pour Windows 7. Un refus qui a largement frustré son PDG Steve Ballmer, qui l’aurait plus tard sanctionné par un licenciement. Ce qui devait donc passer pour une démission sans accroc entre Microsoft et son employé serait en réalité bien plus complexe.


Steven Sinofsky avait passé près d’une dizaine d’années en tant que directeur de la division Microsoft, et s’était imposé comme une figure incontournable de l’entreprise. C’est d’ailleurs en partie lui qui est à l’origine de l’interface actuelle de Windows 8, très adaptée aux tablettes et autres écrans tactiles, et qu’il avait refusé de réaliser à l’époque du développement de Windows 7. Décrit par certains de ses anciens collègues comme « difficile et arrogant », ou encore « nocif pour le travail d’équipe », Steve Ballmer, qui souhaitait débarquer sur le marché des tablettes dès l’arrivée de Windows 7, semblait voir en lui un frein au développement de la division mobile de l’entreprise. Parmi les raisons évoquées pour justifier le refus de Sinofsky, certains analystes estiment qu’il aurait préféré se concentrer sur le coeur du système pour le rendre plus efficace, après l’échec de Vista.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • micaub
    Entre une nouvelle ergonomie qui évitait de perdre des années face à la concurrence au sujet du tactile et la certitude de gommer tous les défauts d'un OS pour éviter une 2nde déception d'affilée qui aurait été dévastatrice pour MS, Steven Sinofsky a choisi. Je ne sais pas s'il a fait le bon choix, mais quelque chose me dit qu'au moins, ce choix n'était pas irréfléchi...
    0