21 mois de prison avec sursis pour l'auteur du ver Sasser

Vous vous rappelez certainement du fameux ver Sasser qui a infecté la majorité des ordinateurs sous windows connectés à internet dans le monde.
Ce ver avait pour but de faire redémarrer la machine après un compte à rebours. Aucun danger pour les données sensibles, aucune divulgation apparente de la vie privée, aucune altération particulière et flagrante de windows, si ce n'est ce redémarrage intempestif.

Ainsi, et même si son auteur a à l'époque affirmé le contraire, ce petit ver en apparence pas méchant a causé de nombreux dégats, rendant serveurs et autres machines de bureau quotidiennement utilisées hors-service.

Aux environ du mois d'Avril 2004, un jeune allemand alors agé de 17 ans, passionné de programmation, se lance dans la création d'un petit programme qui serait capable de s'installer sur une machine distante de manière tout à fait transparente pour l'utilisateur, et qui pourrait effectuer des opérations importantes sur la machine, comme par exemple, la redémarrer.
Ce petit programme, on appele ça un virus, c'est interdit et notre jeune allemand le sait très bien, mais il ne le fait pour l'instant que par passion, pour mettre ses compétences à l'épreuve, et aussi pour tenter d'exploiter une faille critique dans Windows XP.
C'est ainsi que le virus de notre programmeur en herbe prend forme, et que son auteur décide alors de lancer ce dernier sur la toile, histoire par exemple de tester et de vérifier que le programme créé est bien capable de faire ce pour quoi il est prévu.



Et après vérification, il savère que le virus fonctionne. Il fonctionne même très bien, trop bien pourrait-on dire, c'est du moins ce qu'a du penser son auteur lorsqu'il s'est rendu compte qu'en très peu de temps, sa petite création avait déjà fait le tour de la planète en infectant tous les ordinateurs sur sa route...

Cela surpassait complètement les dégats occasionnés par le ver Blaster l'année précédente, et rapidement, de nombreuses entreprises, groupes indépendants, particuliers ont commencé à se plaindre de ce nouveau fléau.

les enquêtes commencent donc et on remonte vite vers la piste d'un certain Sven Jaschan, étudiant allemand d'environ 17 ou 18 ans, assez introverti, peu sociable, mais connu comme étant un maniaque du clavier. L'histoire veut que ce dernier ait été dénoncé par ses amis contre une somme d'argent, mais l'histoire ayant été démentie par certains, puis affirmée par d'autres, on en a jamais vraiment vu le fin mot ici... et ce n'est pas vraiment le plus important aujourd'hui.

Lors de son arrestation, Sven Jaschan ne nie aucun des faits qui lui sont repprochés, à savoir le sabotage d'ordinateurs et la modification illégale de données, à travers la création et l'utilisation de Sasser. On lui annonce qu'il risque alors la peine maximale de 5 ans de prison.

S'en suit alors un engouement pour le jeune étudiant, considéré par certains comme un héro et par d'autres comme un criminel, il n'en reste pas moins que Jaschan a rapidement trouvé un travail, dès le mois d'Octobre 2004, dans une société spécialisée dans la sécurité informatique. Il faut dire que des lignes mentionnant la création d'un virus contaminant la planète en une semaine, dans un CV, cela a de quoi faire baver plus d'un "script kiddie" et peut (paradoxalement) intéresser les entreprises (si on peut créer un virus aussi puissant, on peut savoir comment le détruire).

Le jugement du jeune Jaschan a donc eu lieu cette semaine, et la sentence a été prononcée hier.
Sven Jaschan a été condamné à 21 mois de prison avec sursis.
Le tribunal de Verden a fait preuve de clémence quand à ce verdict, en tenant compte d'une part du fait que l'auteur du virus était encore mineur au moment où le virus s'est répandu (il a atteint la majorité juste après), et en soulignant également que ses agissements n'avaient aucune fin commerciale.

Sven écope également de 30 heures de travaux d'intérêt général.

L'addition aurait donc être bien plus salée, c'est d'ailleurs ce qu'avait demandé le procureur, qui réclamait 2 ans de prison, 300 heures de TIG et une amende de 130 000 € (montant estimé des dégats causés par Sasser) à l'encontre de Sven Jaschan. Mais le tribunal de Verden a tranché et Jaschan n'aura qu'un an et neuf mois avec sursis.

À noter que cela n'affectera pas son emploi dans la société qui l'a embauché (en connaissance de causes, finalement) l'année dernière, et pour laquelle Sven Jaschan développe toujours.

Source : ZDNet
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
22 commentaires
    Votre commentaire
  • Leoten
    C'est tout !? :-o

    Incroyable la justice a été gentille là !
    0
  • Hokiko
    C'est clair...

    Enfin cela aura au moin servi à corriger une faille de Windows.
    0
  • Blunit
    le pauvre malheureux il a pas fait exprés
    0