Spyware sur Mac : Symantec se trompait


Symantec sur le devant de l’actualité

En ce moment, Symantec fait parler de lui comme nous avons pu le voir tout d’abord avec Windows Vista et ensuite avec Firefox. Seulement avant Microsoft et Mozilla c’est Apple qui avait fait l’objet de quelques remarques de la part de l’éditeur de solution de sécurité.

Symantec avait tort

En effet, ce dernier avait annoncé que le nombre de spywares visant tout spécialement Mac OS X allait sensiblement augmenter. Néanmoins, récemment, Symantec a publié un rapport dans lequel n’apparaissait aucune menace sérieuse vis à vis de Mac OS X. Finalement, avec l’absence de vulnérabilité, il ne va pas être facile pour Symantec de trouver une augmentation des risques de Mac OS X. Le système d’exploitation d’Apple est évidemment sujet à des menaces comme tout système d’exploitation quel qu’il soit. Sans quoi les mises à jour de sécurité perdraient tout leur sens.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
31 commentaires
    Votre commentaire
  • H-hich
    Ils ont vraiment la haine sur bilou ca en devient plus que ridicul...
    0
  • Whisno
    Qu'est-ce que bill vient faire ici? Le sujet parle uniquement de MacOS.
    0
  • Nordlaser
    @Whisno
    H-hich voulait sans doute dire par là qu'étant donné que Symantec s'est trompé au sujet de Mac OS, tout naturellement Symantec se tourne vers le système de Microsoft (pour les agresser qu'il y a des failles et autres problèmes gravissimes nécessitant l'achat de leur antivirus sur cette plate-forme, vu qu'il serait peu prit en considération sur Mac OS au vu de ce qui précède).
    Pour revenir à la News, Mac OS X étant basé sur un noyau UNIX et par défaut ouvre un compte non administrateur, empêchant une activation involontaire de programmes malicieux, est un OS très sécurisé. Symantec à très probablement observé le nombre de corrections apportées aux différents programmes par la voie des mises à jour sans interpréter leurs valeurs sécuritaires ou en les sous-estimant. Dans tous les cas, le risque zéro n'existe pas, maintenant, chacun décide du risque qu'il prend par rapport aux alertes de sécurités de chaque système.
    0