150 internautes britanniques accusés à tort de téléchargement illégal ?

150 Britanniques s’estiment accusés de téléchargement illégal à tort. C’est ce que rapporte le magazine de défense des consommateurs Which?.

Une détection des IP forcément faillible ?

Selon Which?, le cabinet d’avocat ACS Law a envoyé des lettres d’accusation pour DigiProtect, la société allemande chargée de surveiller les réseaux P2P. Malheureusement pour ces juristes, certains cas semblent être infondés, comme cela est déjà arrivé par le passé, notamment aux USA.

Le magazine prend comme exemple un homme de 78 ans accusé d’avoir téléchargé un fichier pornographique : « Il ne sait même pas ce qu'est le partage de fichiers ou BitTorrent. Il n'a certainement pas téléchargé lui-même ou donné à quiconque la permission d'utiliser son ordinateur pour faire une telle chose ». Pour Which? « de plus en plus de personnes innocentes sont menacées d'actions en justice pour des violations de droits d'auteur qu'elles n'ont pas commises, et ne sauraient même pas comment commettre ». Malgré cela, devant la menace, elles préfèrent payer.

Car les lettes adressés aux supposés contrevenants proposent un règlement à l’amiable plutôt que de passer devant un tribunal. Ce sont ainsi 500 £ qui sont demandées aux accusés. ACS Law précise toutefois que la méthode utilisée par DigiProtect est « à toute épreuve ». Ce n’est pas l’avis de certains spécialistes d’Internet, comme l’avait réaffirmé Jean-Michel Planche, fondateur de Witbe, lors d’une récente table ronde autour d’Hadopi à l'Epitech.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
12 commentaires
    Votre commentaire
  • Anonyme
    Anonymous a dit :
    150 Britanniques s’estiment accusés de téléchargement illégal à tort. C’est ce que rapporte le magazine de défense des consommateurs Which?.

    150 internautes britanniques accusés à tort de téléchargement illégal ? : Lire la suite


    Le magazine prend comme exemple un homme de 78 ans accusé d’avoir téléchargé un fichier pornographique : « Il ne sait même pas ce qu'est le partage de fichiers ou BitTorrent.

    Il n'a certainement pas téléchargé lui-même ou donné à quiconque la permission d'utiliser son ordinateur pour faire une telle chose ». Pour Which? « de plus en plus de personnes innocentes sont menacées d'actions en justice pour des violations de droits d'auteur qu'elles n'ont pas commises, et ne sauraient même pas comment commettre ».

    Malgré cela, devant la menace, elles préfèrent payer.
    Car les lettres adressés aux supposés contrevenants proposent un règlement à l’amiable plutôt que de passer devant un tribunal.
    Ce sont ainsi 500 £ qui sont demandées aux accusés.



    C'est un gros coup de bluf ! Et ceux qui le font n'ont peur de rien.
    On a réellement la preuve là, que l'on se fiche de nous à tous moments et en tous lieux.

    Prendre de l'argent sauvagement correspond à de l'escroquerie, ils ne sont pas à ça prêt et ça ne les gènes pas pour autant.
    Y aurait-il une nouvelle pompe à fric qui se mettrait en place sur internet !
    1
  • Nerolevoli
    Là on remet en cause la détection des IP.

    A-t-on pensé à remettre en cause la sécurité au niveau du routeur servant à la connexion ?
    Les données transitent souvent par l'air maintenant, donc on ne peut être sûr de rien, même son propre point d'accès ...
    1
  • fr78
    Ça me rappelle ce pauvre agriculteur qui avait été flashé et avait reçu une amende pour excès de vitesse à plus de 200 km/h... sur son tracteur !
    Tous ces systèmes sont faillibles, et malheureusement c'est à nous de prouver notre innocence. Surtout que pour éviter les emmerdes avec ces administrations et la justice toute puissante, il vaut mieux payer avant de réclamer. Dur dur le monde qui nous arrive...
    2