Sécurité routière : le smartphone au volant plus dangereux que l'alcool ?

16 % des accidents de la route sont provoqués par l’utilisation du téléphone au volant. Une donnée qui devrait proportionnellement augmenter, les Français étant plus nombreux en 2016 qu’en 2015 à téléphoner en conduisant.

L’an dernier, l’étude du groupe Sanef avançait que 3,7% des conducteurs avaient leur téléphone en main au volant. Actualisé, son Observatoire des comportements du conducteur annonce qu’en 2016, ils sont 4,9 % à adopter ce comportement dangereux. Une augmentation des accidents serait donc à prévoir, d’autant plus que  « le temps de réaction d'un automobiliste au téléphone est plus long que celui d'un conducteur avec 0,8 g/l d'alcool dans le sang », comme le rapporte la société autoroutière.

Ces données sont en plus minorées puisqu’elles ne tiennent compte que des téléphones tenus en main. Les automobilistes qui roulent avec le téléphone sur les genoux ne sont pas comptabilisés. Plus précise, une étude de l’Association des sociétés françaises d'autoroutes (ASFA) explique que 56,7 % des conducteurs interrogés téléphonent au volant, mais que 30,7 % consultent leurs messages et que 19,8 % en envoient.

L’interdiction de l’utilisation de kits mains libres au volant mise en application en juillet 2015 n’aura donc pas modifié le comportement des automobilistes. Pire, les données avancées ici démontrent plutôt le contraire.

>>> Lire : Kit mains libres : interdits au volant dès le 1er juillet (2015, NDLR)

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire