Les téléphones portables boudés à Noël

Un iPhone ou rien. Les ventes de téléphones portables ont été décevantes cette année, toutes marques et opérateurs confondus. Il semblerait que, la crise aidant, le slogan « un téléphone, ça sert à téléphoner » ait trouvé une certaine résonance. Ou alors, on y met carrément le prix en achetant le dernier modèle à la mode. Mais les appareils situés entre ces deux extrêmes n'ont pas séduit.

20 % de ventes en moins

En moyenne, on constate une baisse de 20 %  des ventes de téléphones mobiles pour le mois de décembre, par rapport aux chiffres de l'an dernier. La situation est allée en s'aggravant : 18 % la première semaine, puis 20 % pour la deuxième, et 25 % la troisième... Le marché à de quoi être morose. Alors que normalement, la période de Noël représente plus d'un tiers des ventes de portables de l'année...

La crise qui fait réfléchir

La faute à qui? Les Français deviendraient plus raisonnables, crise oblige. C'est un analyste du cabinet GFK qui l'a déclaré aux échos : « les Français y réfléchissent à deux fois avant de changer de mobile. » Et quand la décision est prise, ce sera davantage un modèle tout simple, avec le petit forfait bloqué qui va avec. Mais lorsqu'on est fan de high-tech, on se dit que l'ïPhone n'est pas si cher que cela, puisque les opérateurs en financent une grande partie.

D'où le paradoxe : des téléphones vraiment simples, ou multifonctions, mais peu de ces modèles hétéroclites que l'on achetait en fonction des options que l'on souhaitait : appareil photo, vidéo, visioconférence...

... et patienter

La crise a aussi forgé la patience des utilisateurs de téléphone portable. Beaucoup d'entre eux attendent la fin de l'exclusivité de l'iPhone chez orange, pensant que la concurrence va faire baisser les prix. Et plus généralement, on attend que les offres d'accès à l'Internet mobile baissent pour s'offrir des appareils adéquats.

Mais personne ne s'attend pour autant à une remontée en masse des ventes. Nokia a d'ores et déjà prévu une baisse générale pour 2009. Le secteur s'essouffle depuis qu'il ne s'agit plus que de remplacer des appareils que l'on a déjà : 1 Français sur 9 possède un téléphone portable. Il est donc difficile, dans un tel contexte, de compter sur de nouveaux adeptes.

Consulter notre guide sur les téléphones portables