La Tesla Model S peut être hackée

George Reese, ingénieur émérite et directeur de la division Cloud chez Dell, s’est acheté une voiture électrique, la Tesla Model S. Il n’a pas pu s’empêcher de fouiner dans l’interface de sa voiture et il a trouvé plusieurs défauts dans l’API, ou l’interface de programmation. L’essentiel de cette faille permet d’accéder à distance à certaines fonctions de la voiture. Tout passe par un portail en ligne qui se charge d’envoyer des instructions à la machine (il est impossible de communiquer directement avec la voiture).

L’ingénieur explique : « il est important de comprendre qu’il n’y a rien dans l’API qui pourrait mener à un accident dans le cas où quelqu’un de mal intentionné y avait accès. Ceci étant dit il a assez ici pour pousser le système à consommer d’avantage d’électricité ou même forcer l’usure de la batterie ».

Un problème d'authentification

Selon Reese, ce problème incombe totalement à Tesla et à la manière dont les ingénieurs ont conçu le mécanisme d’authentification de l’API, « ignorant la plupart des conventions en la matière ». Il se veut toutefois rassurant, indiquant qu’« il n’y a pas de danger immédiat dans ces défauts qui pourraient compromettre la sécurité de la Model S. Toutefois, cela ouvre la porte à de potentielles futures attaques ».

La Tesla Model S est particulièrement concernée par les hacks compte tenu de son fonctionnement même : l’intégralité de ses fonctions est contrôlée par l’électronique via deux puces Nvidia Tegra 3.

Essai Tesla Model S P85

Lire : 10 technologies qui vont prendre le contrôle de votre voiture

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • GeorgeReese
    Je suis l'auteur original et je pense qu'il est important d'ajouter:

    Je préfère cette voiture avec cette API imparfait au lieu de cette voiture sans API.

    La Tesla Model S est la meilleure voiture que j'ai jamais possédé.
    1