Tinder et Grindr : plus efficaces pour espionner que pour draguer ?

Utilisateurs d’applications de rencontre, vous ne regarderez plus votre téléphone de la même manière après avoir découvert le travail de deux experts en sécurité. Colby Moore et Patrick Wardle, chercheur chez Synack, un cabinet indépendant spécialisé dans la sécurité, se sont intéressés de près aux comportements de ces programmes. Ils ont alors découvert qu’il était possible d’utiliser certaines manipulations pour déterminer avec précision la position d’un autre utilisateur.

En l’occurrence, c’est Grindr, dont la particularité est d’être destiné à la communauté homosexuelle, qui a fait l’objet des tests. Le principe est simple : l’application localise l’utilisateur et propose des profils de personnes situées à proximité. En dessous de chacun d’entre eux, une information est donnée sur la distance à laquelle l’autre se trouve.

En réalisant trois demandes de localisation depuis trois positions différentes, n’importe qui serait alors en mesure de calculer avec une précision de quelques mètres les coordonnées d’un utilisateur, en somme une simple triangulation. Si Grindr est concerné, ce n’est pas la seule application à fonctionner sur ce principe. L’équivalent de Grindr ouvert également aux hétérosexuels Tinder souffrait de cette même faiblesse, avant un correctif appliqué l’année passée.

Finalement, le seul moyen de se protéger durablement du problème est de désactiver la fonction de localisation, sauf qu’en règle générale, cela empêche tout simplement ce genre d’application de fonctionner. Entre trouver l’amour ou se faire trouver par un stalker, mieux vaut donc choisir avec discernement ses applications de rencontre.

Lire : 10 applications pour ne pas passer seul la St-Valentin

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire