L’avion du futur sera écologique et performant


Un designer dévoile sa vision du transport aérien de demain, au profit du grand public. Son concept redessine le design et les fonctionnalités de l’avion de ligne classique pour une version plus écologique et performante.

Baptisé AWWA Sky Wale, cet avion futuriste est capable d’accueillir 755 passagers. Il embarque un tas de systèmes afin de réduire son poids et sa traînée, sa consommation mais également l’émission d’oxyde d’azote et le bruit.

Fabriqué à partir d’un alliage ultraléger, c’est un aéronef à propulsion hybride électrique afin de mieux réduire la pollution. Il se distingue par la conception de ses ailes légèrement courbées à chaque extrémité. Elles sont munies d’un système de contrôle de flux d’air.

Equipé de fenêtres à réalité virtuelle, son corps est agrémenté de cellules solaires pour récolter l’énergie du soleil et la transformer en électricité. Celle-ci alimentera par la suite son moteur électrique. Enfin, son moteur peut pivoter à 45° en position verticale pour faciliter le décollage et les manœuvres d’atterrissage.

 Imaginé par Oscar Viñals, AWWA Sky Wale n'est pour l’instant un concept aux applications encore lointaines...

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
2 commentaires
    Votre commentaire
  • Delplane
    L’AEROSPATIAL, suggestion pour les vols hypersoniques, suborbitaux et orbitaux, et suggestion pour le remplacement de ConcordeCommuniqué 2 (en Français)Didier Delmotte, Président fondateur de la compagnie AIR LITTORAL déclare :Le brevet DELPLANE est un « fuselage volant » dont l’une des nombreuses applications est d’être un aéro-astronef, c’est-à-dire un aéronef à la fois aéronautique et astronautique. Cet aéro-astronef nommé AEROSPATIAL est ainsi développé :Une grande surface portante rectangulaire (plus de 1.000 m²) en forme de profil d’aile d’avion et une pluralité de turboréacteurs sont agencées pour permettre à l’appareil d’atteindre à vitesse ascensionnelle élevée, c’est-à-dire en peu de temps, une altitude préliminaire de 35 à 50 km.Des moteurs-fusées triple corps (procédé breveté) sont agencés sur l’extrados et à l’intrados de l’aéro-astronef : un corps accélérateur à l’arrière, un corps pour la décélération à l’avant et un corps consistant en un réservoir de propergol gélifié par MBDA et non polluant occupe le centre du moteur-fusée (non représenté sur les dessins pour des raisons de confidentialité). Il est d’ailleurs aisé d’installer, si besoin est, plusieurs moteurs-fusées de ce type, vu l’importance de la surface disponible sur l’extrados comme à l’intrados de l’aéro-astronef en question. Ces moteurs-fusées sont escamotables de la même façon que le sont les atterrisseurs (procédé breveté).Chaque moteur-fusée est agencé pour propulser progressivement l’AEROSPATIAL de l’altitude préliminaire aux altitudes et vitesses requises qui permettront soit un vol hypersonique longue distance, soit un vol suborbital, soit une mise en orbite ou soit l’installation d’un nano-satellite.Des rétrofusées sont agencées pour donner une incidence d’autofreinage (ou une décélération par combustion de propergol gélifié MBDA comme indiqué ci-dessus ou par tout autre moyen approprié connu) afin que l’appareil obtienne une vitesse et un positionnement compatibles avec un vol normal lors d’un retour en atmosphère terrestre en vue d’un atterrissage classique au moyen des turboréacteurs.Il est précisé que le financement du projet est assuré par la Fondation Indépendante du Développement Durable Didier Delmotte (FIDD) qui recherche des partenaires industriels « avionneur ».Documentation technico-commerciale préliminaire succincte sur demande.
    0
  • Delplane
    Enfin des aéronefs gros porteurs silencieux : des méga-drones de transport aérien radio-télécommandés à décollage et atterrissage verticaux (V.T.O.L.), grâce au photovoltaïque. Ils ne peuvent pas tomber et ils ne font aucun bruit…

    Le TaGV (lire TaGéVé) un mode de « Transport aérostatique à Grande Vitesse » grâce à l’énergie d’origine photovoltaïque. Sorte de vaisseau aérien, il est d’un concept simple et sa construction devrait être très économique. Il est 100% écologique et 100% sécuritaire et conviendrait très bien pour les lignes aériennes intérieures en Afrique, en Chine, en Inde, en Russie, en Australie ou en Amérique du Sud).

    Communiqué 1 modifié (existe aussi en anglais)

    « Didier Delmotte, citoyen français, ancien Président fondateur et propriétaire de la compagnie Air Littoral qu’il a créée en France en 1972, dirigeant un bureau d’études indépendant, vient de déposer un brevet en Suisse avec extension internationale et a l’honneur de vous présenter un nouvel aéronef révolutionnaire dont l'une des nombreuses applications est un dirigeable à la fois aérostat et avion nommé AEROSTAT-PLANE qui s’inscrit entièrement dans une politique de développement durable, avec structure en bois (spruce aviation) et propulsion électrique (ou hybride) avec 1 à 3 ha de surface photovoltaïque selon les modèles.

    De par sa forme rectangulaire et profilée d’aile d’avion, son aérodynamisme est tel qu'il peut voler avec ou sans hélium en fonction de la puissance installée à bord. Selon les modèles et la motorisation, électrique ou hybride avec turbopropulseurs, les capacités de charge sont de 100 à 300 tonnes sur 1.800 à 24.000 km à des vitesses allant de 185 à 555 km/h.

    L’AEROSTAT-PLANE ignore le crash, il est donc de ce fait le véhicule, toutes catégories, le plus sûr au monde. Cette particularité, unique, facilitera grandement l’automatisation totale de ce type de vaisseau aérien, tel un drone géant radio-télécommandé.

    Didier Delmotte précise que de ce dirigeable, il a été développé une version « bombardier d’eau » pouvant larguer jusqu’à 300 tonnes de liquides, ce qui pourrait résoudre tous les problèmes d’incendie dans le monde, ainsi qu’une version « gros porteur » pouvant transporter 1.400 personnes sur 6.000 km avec un confort et une sécurité incomparables, et ce à des prix défiants toute concurrence.

    Le projet pourrait générer dans le monde, plusieurs millions d’emplois sur vingt ans. Didier Delmotte ajoute que tous les pays du monde peuvent fabriquer L’AEROSTAT-PLANE, car il s’agit de techniques de fabrication simples et de certifications existantes FAR et/ou JAR accessibles à tous.

    Il est précisé que le financement du projet est assuré par la Fondation Indépendante du Développement Durable Didier Delmotte (FIDD Foundation) qui recherche des partenaires industriels «avionneur» qui disposeront d’une concession industrielle exclusive gratuite (licence) pour une Région, un Pays ou un Etat déterminé ainsi que d’une assistance technique appropriée.

    Documentation technico-commerciale préliminaire illustrée (en français) sur demande.
    0