Web: l'amour plus que la liberté en Tunisie

Infos-du-Net.comL’Internet pour trouver l’âme sœur ? Les sites de rencontre pullulent sur la toile. Dans les pays où le choix du futur conjoint reste la prérogative des parents, l’apparition de ces services provoque des remous sociaux. Exemple en Tunisie.

Mohamed Battar est un internaute tunisien confirmé. Et selon lui, sans l’Internet, il n’aurait jamais rencontré l’âme sœur.

"Elle a son charme bien personnel et a trouvée le chemin de mon coeur. Nous allons fonder un foyer créer une famille bientôt" raconte Mohamed Battar, dans un langage des plus fleuris. Il semble que la belle histoire de Mohamed Battar soit de moins en moins une exception dans la société tunisienne. Pourtant, en Tunisie comme dans d’autres pays du Maghreb, les traditions familiales font que souvent, les futurs époux sont choisis par les familles. Ce qui pose des problèmes certains quand un internaute trouve l’amour sur la toile. Mais ces traditions semblent être de moins en moins des obstacles infranchissables pour les jeunes.

Trouver l'âme soeur, et partir ?

Ils sont des milliers à fréquenter les cybercafés des villes tunisiennes. Et entre autres activités, la recherche de l’âme sœur occupe un grand nombre d’entre eux. De l’aveu de quelques internautes, ces rencontres virtuelles permettent de vaincre leur timidité naturelle envers les personnes de l’autre sexe. Pour d’autres, rencontrer quelqu’un sur la toile permet d’immigrer dans des conditions idéales. Adnen, 27 ans, barman de son état, s’est vu offrir un aller simple pour la Belgique après une rencontre virtuelle avec une jeune fille belge.

amour.fr

En novembre 2005, la Tunisie accueillait la conférence internationale sur l’Internet. A cette occasion, des chiffres ont été publiés sur l’entrée de la société tunisienne dans l’ère de l’Internet. 10% des millions de tunisiens sont connectés au réseau et 30% d’entre eux ont une adresse électronique. L’objectif des autorités tunisiennes est de mettre en place un cybercafé dans chaque village et de doter chaque personne d’une adresse email d’ici à 2009. Déjà plus de 25% des 20 000 inscrits sur le site amour.fr sont des tunisiens selon les statistiques du site.

Ouvrir les barrières

"Je passe quatre heures par jour à faire du chat. Ce n’est pas honteux de faire la connaissance d’autres personnes et de créer des relations à travers l’Internet. La technologie est faite pour en bénéficier et c’est ce que nous faisons" dit Imen, une étudiante tunisienne. Pour Mimi, 28 ans, les sites de rencontre par Internet sont même des moyens d’ouvrir les barrières entre les différentes cultures et les différentes religions. Cela lui permet d’élargir son champ de recherche pour rencontrer l’homme idéal.

L'Internet, un masque ?

"Les jeunes tunisiens sont si ouverts aux différentes cultures avec des normes diverses que les relations par Internet sont devenues un simple fait du quotidien" explique Mehdi Mabrouk, un sociologue tunisien. Mais il explique aussi que l’Internet permet à certains de rechercher l’amour sans pour autant dévoiler leur véritable personnalité. "Nous ne devons pas oublier que l’Internet est une espèce de masque, qui encourage un grand nombre de jeunes et d’adultes à tenter des expériences sans craindre les résultats".

L'amour...à défaut de la liberté

En discutant plus en avant avec les internautes tunisiens, on s’aperçoit cependant que l’engouement pour les sites de rencontre cache une réalité de l’Internet local bien plus sombre. La censure des autorités tunisiennes est en effet importante. Malgré les dénégations des autorités, un rapport de l’organisation non gouvernementale Human Rights Watch publié l’an dernier mentionnait le fait que près de 10% des sites web de la toile sont bloqués en Tunisie. La plus part d’entre eux sont des sites de nouvelles et d’actualité. Parler d’amour sur la toile semble moins dangereux pour les autorités tunisiennes que de se tenir informé.



Source : Reuters
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
9 commentaires
    Votre commentaire
  • isatis39871
    C'est beau... Mais on oublie aussi de dire que statitisquement les mariages liés à ce genre de liaison ont une durée moyenne de trois mois. Logique, c'est le meilleur moyen d'avoir un passport. Et personnellement, entre le totalitarisme et un marriage bidon, je sais ce que je choisirais.
    0
  • pastigo
    Citation:
    Pourtant, en Tunisie comme dans d'autres pays du Maghreb, les traditions familiales font que souvent, les futurs époux sont choisis par les familles


    parce qu'en France on est un exemple de brassage sociale et culturel?

    la poutre dans l'oeil...
    0
  • bennybeams
    Hey attention à ne pas faire d'amalgame...
    Pour vivre dans un pays musulman, je peux vous dire qu'il n'est pas vraiment évident pour les jeunes gens de se rencontrer comme dans un pays occidental. Une fille qui traine avec des garçons est mal vue et il est impensable pour la plus part des parents d'avoir des relations avant le mariage !...

    Maintenant, c'est sur qu'on ne peux pas empecher les mariages blancs. Mais de là à en faire une généralité...

    Et pour ce qui est du totalitarisme... la tunisie reste quand même un des pays les plus libres du magreb et même des pays arabes. La censure existe partout, même dans notre beau pays tricolore... et en tout cas, on est loin des extrêmes comme la chine (qui soit dit en passant assument completement leurs actions) !
    0