Sur Twitter (et ailleurs) l'énervement augmenterait les risques de maladie cardiaque


D’après une étude publiée le 20 janvier dernier dans la revue Psychological Science, le fait de s’énerver augmenterait le risque de mort par accident cardiaque. Une étude réalisée notamment à l’aide de Twitter.

Les rageurs vont rager, et c’est tant pis pour eux. On savait que les discussions et certaines publications sur les réseaux sociaux peuvent passablement énerver, on a désormais appris que cet énervement pouvait être la cause d’un risque de mortalité accrue. En effet, plusieurs chercheurs de l’université de Pennsylvanie se sont penchés sur Twitter pour analyser les conséquences de l’énervement. Ils en ont conclu que celui-ci pouvait amener à un plus grand risque d’athérosclérose coronarienne, et donc à de plus grands risques de maladies cardiaques.

Les scientifiques en charge de l’étude visaient en fait à trouver une corrélation entre l’utilisation d’un vocabulaire négatif sur Twitter et les risques de maladie cardiaque. Pour ce faire, ils ont étudié une série de tweets publiés entre 2009 et 2010 intégrant des termes négatifs. Dans certains milieux où ces termes négatifs étaient souvent utilisés, ils ont remarqué que les risques de mort par accident cardiaque étaient plus importants.

Les chercheurs ont finalement davantage utilisé Twitter pour retrouver des personnes susceptibles d’être fréquemment énervées que pour tirer des conséquences sur l’utilisation du réseau social. « L’hostilité et le stress chronique sont des facteurs connus de maladie cardiaque, mais ils sont difficilement observables sur une large échelle », expliquent les scientifiques qui ont donc pu observer ces comportements beaucoup plus facilement grâce à Twitter.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire