MySpace poursuivi en justice par Universal

logo myspaceAprès avoir passé un accord pour le moins douteux avec YouTube moins de 24 heures avant son rachat par Google, voilà qu’Universal s’attaque à un des concurrents de Google. MySpace est devenu la nouvelle proie de la marque audiovisuelle, qui accuse le site d’inciter ses utilisateurs à partager de la musique et des clips vidéo sans sa permission.

MySpace encourage le piratage ?

« MySpace a transformé son service vidéo en un vaste entrepôt virtuel pour les copies pirates de clip vidéo et chansons », affirme l’avocat d’Universal dans la plainte déposée contre le site. Universal accuse en effet MySpace d’inciter ses membres à partager sans autorisation musique et clips vidéo sur ses serveurs. Selon la maison de disque, MySpace se cacherait derrière une simple demande d’exploitation à ses membres pour le contenu publié sur le site. Or, ces mêmes membres n’ont aucun droit sur les musiques qu’ils postent si celles-ci sont protégées par des droits détenus par une maison de disque. MySpace aurait ainsi essayé de se dédouaner, ce que Universal veut dénoncer aujourd’hui.

Des mesures pas assez sévères

Pourtant, MySpace n’est pas resté de marbre face au problème du piratage et a réagit dans un sens qui semblait être le bon. En plus de ce système d’autorisation (qui, en plus d’être très simple à contourner, ne dédouane personne en cas de piratage), le site a mis en place un système de filtrage sur les fichiers envoyés. Avant cela, le site effaçait les fichiers un par un, lorsqu’un cas de piratage était signalé, pour ensuite préférer ce système automatique. Il s’agit d’une technologie basée sur des empreintes sonores et censée empêcher automatiquement de mettre en ligne du contenu piraté. Ce système n’avait cependant pas convaincu Universal du fait de son manque d’efficacité. Aujourd’hui, l’échec de négociations entre les deux parties aura conduit l’affaire devant les tribunaux.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire