La clé USB s'invite au collège

Clé USBNos chères petites têtes blondes de 6ème pourraient bénéficier prochainement d’une clé USB. Encore au stade du projet, et menée par le Conseil Général des Alpes Maritimes, cette initiative a pour but d’alléger le cartable des élèves, critique récurrente faite au système scolaire. Ainsi, les élèves auraient 512 Mo d’espace de stockage destinés à leurs cours et à leurs exercices.

Une nouvelle fracture numérique ?

Le premier problème d’une telle mesure est évident : le bénéfice en est réservé qu’aux plus privilégiés, c’est-à-dire ceux possédant un ordinateur chez eux. Pour les autres, ils devraient avoir accès à des postes informatiques à l’intérieur de l’établissement, selon Christian Estrosi, président du Conseil Général des Alpes Maritimes, cité par l’AFP. Autre souci potentiel : quels formats utiliser pour transmettre les cours, et de fait, quels logiciels devra-t-on posséder ? En faisant le pari, probable, des fichiers Word, il faudra alors posséder ledit logiciel, ou un concurrent gratuit, pour les moins nantis. Mais ces concurrents gratuits (comme OpenOffice), ne sont gratuits qu’en téléchargement : il faut donc Internet !

Un intérêt pédagogique limité ?

Au-delà des débats d’ordre social, la mesure pourrait être pédagogiquement problématique. Tout d’abord, parce qu’il est communément admis que la lecture sur un écran est bien moins rapide que la lecture sur papier : environ 25% de différence. Ensuite, elle est généralement moins confortable, ce qui pourrait entraîner une chute d’attention de la part des élèves. Il faudrait alors lire plusieurs fois le texte, et ce, plus lentement à chaque relecture. En somme, on soulagerait le corps pour imposer un surplus de charges au cerveau.