Jeux vidéo : menaces de mort contre une chroniqueuse féministe

Anita Sarkeesian est la créatrice du site Feminist Frequency, où elle tient une chronique vidéo nommée « Tropes vs Women in Video Games » (« Les clichés contre les femmes dans les jeux vidéo »). Cette chronique a fait l’objet d’un financement participatif sur Kickstarter, et rencontre aujourd’hui une certaine popularité en traquant les divers clichés sexistes et autres représentations peu glorieuses des femmes dans les productions vidéoludiques. Sa dernière vidéo s’intéresse particulièrement à la représentation des femmes en tant qu’objets dans les jeux, ce qui lui a valu de nombreuses réactions enflammées, dont des menaces de mort.

Cette chronique en deux parties est pourtant loin d’être la première du genre par Anita Sarkeesian, qui a pour habitude de s’attaquer sans relâche à tous les clichés qu’elle peut croiser dans les jeux vidéo, et en agrémentant toujours ses chroniques d’exemples tirés des jeux mêmes. Si elle avait donc l’habitude de provoquer des réactions disproportionnées, c’est à la surprise générale qu’elle a publié sur son compte Twitter un message rapportant qu’elle a reçu « des menaces très effrayantes contre elle et sa famille », avant d’appeler la police. Elle a par la suite diffusé une capture d’écran montrant lesdites menaces, au langage ordurier, où il est notamment question de viol et de meurtre, le tout agrémenté d’informations personnelles, comme son adresse et le nom de ses parents.

Avec le temps, Anita Sarkeesian a l’habitude des insultes et de menaces sur Internet, mais les choses sont allées plus loin cette fois-ci. La vidéo avait suscité un nombre plus important de réactions que d’habitude, et Sarkeesian avait reçu le soutien de nombreux développeurs célèbres dans le monde du jeu vidéo, dont Tim Schafer (Monkey Island, Maniac Mansion, Grim Fandango), ou encore Phil Fish (Fez).

Women as Background Decoration: Part 1 - Tropes vs Women in Video Games

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire