Vidéoverbalisation à Paris : 34 nouvelles rues sous surveillance

Souriez, vous êtes verbalisés. Ce pourrait être un nouveau slogan pour les équipes de surveillance de la préfecture de Police de Paris. Depuis ce matin, son système de vidéoverbalisation a été étendu à 34 nouveaux axes de la capitale.

Plutôt que de camper au feu rouge, les forces de l’ordre s’appuient désormais sur l’utilisation d’une partie du réseau du plan de vidéo protection pour Paris (PVPP). Quelques 1200 caméras ont été déployées dans Paris depuis 2011 pour la surveillance de ses rues.

125 unités installées sur 14 axes accidentogènes de la capitale sont dédiés à la vidéoverbalisation depuis avril 2013. Champs-Elysées, rue de Rivoli, avenue de l’Opéra sont autant de lieux visés par ce nouveau distributeur de PV. Aujourd’hui, ce sont 34 nouveaux axes qui sont ajoutés au programme. Avec eux, c’est la quasi-totalité des grandes artères parisiennes qui sont sous surveillance, soit près d'une centaine de kilomètres de rues, d’avenues et de boulevards.


Au poste de contrôle, on trouve six policiers détachés à la l’unité de vidéoverbalisation (UVV). Scrutant leurs écrans, ils repèrent les différentes infractions des automobilistes. Lorsque l’un d’eux emprunte une voie de bus, franchit un feu rouge ou encore stationne en double file, une photo du véhicule est prise à distance pour en relever le numéro de sa plaque minéralogique. Le dossier est ensuite transféré à Rennes, au Centre national de traitement (CNT) qui établie et envoie la contravention au propriétaire du véhicule incriminé.

Ce dispositif de vidéoverbalisation a un double objectif : « sanctionner plus efficacement les délinquants routiers » et assurer « un bon écoulement du trafic », congestionné par les incivilités routières. Rien que sur les 14 premiers axes surveillés depuis 2013, la Préfecture de Police a constaté 61 465 infractions, dont deux tiers grâce à la vidéoverbalisation. 60 % d’entre elles concernaient des circulations ou stationnements dans des couloirs de bus. La Préfecture de Police indique faire « preuve de discernement » et ne se concentrer que sur les infractions « les plus évidentes ». Aussi, sur la totalité des PV dressés via la vidéoverbalisation, seuls cinq ont été contestés depuis avril 2013.

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire