La NASA et l'ESA imaginent un village lunaire imprimé en 3D

D’ici 2030, grâce à l’impression 3D, l’Agence spatiale européenne estime pouvoir construire un village sur la Lune. Le directeur général de l’ESA, Jan Woerner, a annoncé qu’ils voudraient concrétiser ce projet. Le mois dernier, 200 experts issus de 28 nations ont analysé les différentes options possibles lors d’une réunion à Noordwijk, aux Pays-Bas.

Étant donné que la NASA prévoit aussi d’établir une base sur la Lune en prévision des voyages sur la planète Mars, les deux entités pourraient réunir leurs efforts. Kathy Laurini, membre de la NASA, a souligné que les deux organisations ont le même objectif, la Lune constitue une « destination prioritaire pour les humains voyageant vers Mars ».

Des robots et des imprimantes 3D en guise de maçons

L’ESA envisage d’envoyer des robots bâtisseurs sur notre satellite d’ici 2020 en vue de mettre sur pied les premières installations. Une fois que la structure principale du  bâtiment sera achevée, les imprimantes 3D fabriqueront une coque destinée à protéger les futurs habitants des radiations spatiales, des météorites ainsi que des variations extrêmes de température. En guise de matériaux, les scientifiques estiment que le régolite, et la poussière lunaire, conviendraient.

La base lunaire prendra le relais de la Station spatiale internationale (ISS)

Puisque l’ISS cessera de fonctionner d’ici 2025, la base lunaire deviendrait doublement importante. D’abord, pour mieux explorer les différentes ressources de la Lune. Par exemple, les scientifiques de la NASA estiment que la glace des pôles lunaires contiendrait de l’hydrogène. Ensuite, à partir de ce satellite de la Terre, on peut observer l’univers sous un nouvel angle.

En définitive, la présence d’une base sur la Lune pourrait constituer « un nouveau grand pas pour l’humanité ».

Destination : la Lune

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire