Un Italien inculpé de fraude et de diffusion de virus.

L'éditeur antivirus Sophos réagit à une information parue dans la presse italienne, selon laquelle un ressortissant de ce pays, âgé de 39 ans, a été mis en examen pour fraude et diffusion du ver Marq-A, également appelé Zelig.

Source et article original: Sophos.fr

Ce ver de messagerie, apparu pour la première fois en octobre, dirigeait ses victimes vers un site Web pour y télécharger un programme malicieux camouflé en économiseur d'écran. Une fois activé, le ver changeait le numéro de téléphone du fournisseur d'accès à Internet en un autre, surtaxé, basé à Aruba dans les Antilles néerlandaises. Plus de 57 000 minutes de communication auraient ainsi été imputées en quelques jours à ce numéro, pour un montant estimé de 104 000 euros. Si le virus avait pu continuer son oeuvre pendant un mois entier, plus d'un million d'euros auraient été collectés, selon une estimation.

La police financière italienne est parvenue à bloquer l'argent rapporté par cette escroquerie, qui était d'abord versé sur un compte new-yorkais, puis transféré au Venezuela avant d'aboutir sur le compte d'une société "fantôme" basée à Aruba.

Le texte accompagnant le virus étant uniquement rédigé en italien, il n'a eu que peu d'effet dans le reste du monde.

« Il est intéressant de noter que Marq-A est un des rares virus qui tente de rapporter de l'argent. La plupart provoquent d'importantes perturbations et des pertes financières dans des entreprises du monde entier, mais ils ne génèrent en général pas de gains financiers pour leur auteur », commente Annie Gay, Directeur Général de Sophos France. « Nous trouvons positif de constater que les autorités de pays différents parviennent à coopérer pour combattre ces crimes. Si les cybercriminels pensent qu'ils peuvent être traqués et devoir payer pour leurs actes, ils y réfléchiront peut-être à deux fois avant de diffuser leur code malicieux. »

Le ver Marq se présentait sous la forme d'un e-mail intitulé en italien "Le moment est cathartique", et incitant le destinataire à télécharger un prétendu économiseur nommé zelig.scr. Le sujet du mail est aussi celui d'un livre publié par Flavio Aureglio, une des vedettes du show télévisé italien "Zelig". C'est sans doute ce qui a encouragé des italiens à télécharger le programme malicieux.

Rappelons que Zelig est également le titre d'un film de Woody Allen, sur un homme qui traverse l'histoire récente sous divers déguisements.

Ces nouvelles judiciaires d'Italie arrivent au moment même où Microsoft annonce qu'il est prêt à payer une prime de 500 000 dollars pour toute information conduisant à l'arrestation des gens soupçonnés d'être à l'origine des redoutables vers Sobig et Blaster.

« C'est un message clair qui est envoyé aux criminels de l'informatique : les autorités sont décidées à vous poursuivre et à vous punir pour les crimes que vous commettez sur Internet », conclut Annie Gay.
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
1 commentaire
    Votre commentaire
  • dedooz
    je trouve ke cela est une bonne chose et jespere feras reculer la cybercriminalitée.........

    ++
    0