Vivendi porte plainte pour sabotage électronique de son assemblée générale

La plainte contre X déposée lundi par la direction pour «probable piratage» du vote électronique des actionnaires, lors de l'AG du 24 avril 2002, est diversement commentée. Une bévue technique qui menace d'autres gros poissons du CAC 40.

Lors de l'assemblée générale (AG) des actionnaires de Vivendi Universal (VU), le 24 avril dernier au Zénith de Paris, les boîtiers électroniques utilisés pour voter sont devenus fous. C'est ce qu'affirme le conseil d'administration de VU, qui a porté plainte contre X, lundi 29 avril, pour faire la lumière sur cette affaire plutôt inédite. Ce jour-là, plusieurs résolutions proposées par la direction, notamment des plans d'attribution de stock-options, n'ont pas été approuvés suite au vote des quelque 5000 actionnaires présents dans la salle.

La direction avait déjà parlé d'un «probable piratage» du système de vote vendredi 26 dans la journée, après avoir fait intervenir deux huissiers qui ont vérifié «l'ensemble des matériels utilisés, contrôle qui s'est révélé satisfaisant», explique un communiqué de VU.

Ssuite sur : ZDNet.fr
Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire