VOD par abonnement : les films seront disponibles deux ans après la sortie en salle

Aurélie Filippetti, ministre de la culture (Crédit : Fondapol, CC BY-SA 2.0)Aurélie Filippetti, ministre de la culture (Crédit : Fondapol, CC BY-SA 2.0)Dans une interview accordée ce lundi au Figaro, Aurélie Filippetti, ministre de la Culture, a annoncé qu’elle lancerait prochainement une réforme de la chronologie des médias, permettant aux services de VOD par abonnement de proposer des films deux ans après leur sortie en salle, contre trois ans actuellement.

En mai 2013, le rapport de la mission Lescure sur « l’acte 2 de l’exception culturelle » proposait déjà une refonte de la chronologie des médias, faisant passer la fenêtre de la VOD par abonnement de 36 à 18 mois. Depuis, de nombreuses voix, dont celles de Canal plus, principale source de financement du cinéma français, se sont fait entendre. Ce raccourcissement du délai ne devrait finalement être que de 24 mois. Ce raccourcissement serait néanmoins réservé aux services de VOD qui « participent au financement et à l'exposition des œuvres françaises et européennes ». Une manière pour la ministre de rassurer Canal Plus et son service Canalplay Infinity alors que les modalités d’arrivée de Netflix en France, prévue d’ici la fin de l’année, ne sont pas encore connues.

Actuelle chronologie des médias

• DVD et VOD à l'acte : 3 ou 4 mois après la sortie en salles

• Télévision payante : 10 ou 12 mois après la sortie en salles

• Télévision en clair : 22, 24 ou 30 mois après la sortie en salles

• VOD par abonnement : 36 mois après la sortie en salles

La chronologie des médias est un système qui permet de favoriser les principaux contributeurs au financement du cinéma en France. Il permet ainsi de donner la priorité aux salles de cinéma, puis aux éditions DVD et à la VOD à l’acte, à la télévision payante, aux différentes chaînes de télévision ayant participé au financement du film et, enfin, aux services de VOD par abonnement. C’est grâce à ce système que les chaînes de télévision, et notamment Canal Plus, sont devenues les principales sources de financement du cinéma français. La crainte du ministère de la Culture est ainsi qu’en réduisant davantage la fenêtre de trois ans réservés à la VOD par abonnement, les chaînes de télévision ne voient plus d’intérêt à financer les films. En cinq ans, Canal Plus a reversé un total d’un milliard d’euros au cinéma français. Les services de VOD par abonnement ont quant à eux l’obligation légale de reverser 12 à 15 % de leur chiffre d’affaires annuel au financement du cinéma français ou européen.

Outre la VOD par abonnement, Aurélie Filippetti s’est également prononcée en faveur d’une évolution globale de la chronologie des médias. Elle souhaite ainsi « avancer de deux mois la disponibilité des films à la télévision », la faisant passer de dix à huit mois pour la télévision payante. Ces mesures devraient être finalisées grâce à un accord entre les différents acteurs, prévu à la rentrée sous l’égide du Centre National du Cinéma (CNC). Il pourrait être voté par le Parlement en 2015 dans le cadre de la « grande loi création » prévue de longue date par le ministère de la Culture.

Lire aussi : pourquoi Netflix va vous faire oublier « Plus belle la vie »

Posez une question dans la catégorie News du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
2 commentaires
    Votre commentaire
  • g-style
    et pendant ces 24 mois, ou meme les 10 pour les tele payante ont s'etonne que ca telecharge illegalement...

    Filippetti et ses equipes prouvent encore une fois leur mediocrite et leur totale incompetence vis a vis de ce sujet.

    Fill
    0
  • Papounet17000
    VOD par abonnement : les films seront disponibles deux ans après la sortie en salle.
    Ils n'ont encore rien compris, il faudrait leur greffer un cerveau.
    0